Accueil > Actualités > L’accès à un véritable emploi est un droit

Actualités

mardi 7 mars : mobilisations, manifestations, grèves contre le Contrat pour une Permanence de l’Exploitation

L’accès à un véritable emploi est un droit

Appel de la FERC

samedi 25 février 2006, par CGT Educ’Action 94

Les mobilisations du 7 février dernier contre le Contrat Première Embauche (CPE) ont réuni plus de 450 000 jeunes, salariés ou futurs salariés dans 150 villes de France. Elles ont été un premier pas dans notre détermination à combattre la politique du gouvernement qui a pour objectif la remise à plat du code du travail.

Le CPE, un des volets de la loi sur l’égalité des chances, constitue une discrimination forte à l’égard de la jeunesse qu’il condamne à la précarité.

Imposé à coup de 49-3, c’est désormais une habitude, dans la nuit du 8 au 9 février, ce contrat, au même titre que le Contrat Nouvelle Embauche ou celui sur l’Emploi des Seniors, relève pour le gouvernement d’une sécurisation d’un parcours professionnel et instaure un nouveau contrat social selon D. de Villepin !

En fait, de l’exclusion du collège... à l’exclusion du salariat, les jeunes sont, une nouvelle fois, stigmatisés, car cela signifie ;
- l’accession à un emploi obligatoirement précaire,
- la possibilité d’être licencié, pendant deux ans, sans justification,
- se taire face à l’employeur et accepter toute situation abusive

En revanche, c’est encore un effet d’aubaine pour le patronat.

Cette approche n’est pas celle que revendique la CGT à travers le Nouveau Statut du Travail Salarié et la Sécurité Sociale Professionnelle.

Après s’être attaqué aux plus jeunes avec l’apprentissage junior qui renforce le tri social des élèves au collège déjà organisé par la loi d’orientation pour l’école,
Après avoir réactivé le projet de loi sur le volontariat associatif et l’engagement éducatif, remettant en cause la professionnalisation des salariés ,et institutionnalisant un sous salariat ne relevant pas du code du travail.
Après avoir établi un service civil volontaire, dans le cadre des contrats d’accompagnement à l’emploi (CAE), contrats qui ne proposent ni montée en qualification, ni véritable insertion professionnelle,

Le gouvernement poursuit le démantèlement du Code du Travail et fait de la précarité la nouvelle porte d’entrée dans la vie professionnelle.

Le gouvernement s’est engagé dans un travail de sape du droit du travail. C’est pourquoi ce dernier avatar qu’est le CPE ne concerne pas que les jeunes, futurs salariés ou salariés, mais l’ensemble de la population.

Pour la FERC-CGT, une telle politique ne peut conduire à une insertion durable dans le monde du travail de tous les jeunes. En fait d’égalité des chances, elle favorise le développement d’un salariat à deux vitesses.

Seule une réponse forte de l’ensemble du salariat peut faire reculer le gouvernement

Seule une véritable politique d’éducation, de formation, de qualification conduite par des personnels qualifiés permettra de répondre aux besoins futurs de la Nation, et aux attentes des jeunes.

La FERC-CGT appelle ses organisations, ses syndiqués, l’ensemble des salariés de ses secteurs d’activité à faire grève et à participer aux manifestations du mardi 7 mars 2006.