Accueil > Actualités > Il y a urgence à répondre aux revendications sociales - COFRAFER, (...)

Actualités

Il y a urgence à répondre aux revendications sociales - COFRAFER, SCREG,CARREFOUR

lundi 12 décembre 2005, par CGT Educ’Action 94

Rassemblons-nous devant la préfecture :

Jeudi 15 décembre 2005 à 9h30
A Créteil, jour de la réunion du CODEF
(Comité départemental de la formation professionnelle, de l’emploi et de la promotion sociale)
Avec prise de parole

En effet, les employeurs, le représentant de l’ASSEDIC, de l’ANPE, de la DDTE, les élus locaux, les Députés, le Conseil Général et les syndicats de salariés, sous la présidence du Préfet, débattront de l’emploi.

Dans le Val-de-Marne comme au niveau national la situation de l’emploi se dégrade. Toutes les garanties collectives, les droits des salariés sont remis en cause. Sur notre département, 28 salariés de COFRAFER se mettent en grève sur :
- Arrêt du harcèlement moral ;
- Respect des consignes de sécurité ;
- Réintégration des salariés injustement licenciés.

Ceci est insupportable pour le patron qui décide de licencier l’ensemble des grévistes sans discussion !

Dans le secteur du bâtiment, notre délégué CGT, membre de la Direction de l’UD CGT94, Jean-Charles COUTINHO, salarié de la SCREG est lui aussi licencié pour avoir défendu l’application des 35 heures dans l’entreprise.

Alors, devons-nous continuer à laisser faire ?

D’autant qu’au niveau national, les annonces de suppressions d’emplois continuent de pleuvoir :

1300 emplois administratifs chez Carrefour ;
Des milliers chez Hewlett Packard :
260 chez Mac Cormik ;
6000 à EDF après son entrée en bourse !!

Chaque jour, les salariés sont victimes des stratégies financières des petites et grandes entreprises. Aucun secteur n’est épargné. La précarité augmente dans La Fonction Publique, les privatisations s’accélèrent.

C’est pourquoi la CGT du Val-de-Marne appelle à se rassembler pendant la réunion du CODEF pour faire entendre notre voix de la colère et faire stopper cette stratégie patronale et gouvernementale qui viserait à nous bâillonner.