Accueil > Actualités > La lettre 351 de l’Ugict Cgt du 16 mai 2011

Actualités

La lettre 351 de l’Ugict Cgt du 16 mai 2011

mardi 17 mai 2011, par CGT Educ’Action 94

ÉDITO : FUMÉE BLANCHE DE LA REPRISE OU FUMET DES PETITES PROMESSES

Le calendrier électoral est si resserré qu’il n’y a pas
loin entre le temps des promesses et celui des
bilans. Au plus profond dans les sondages, l’exécutif
et son champion sont à la peine pour justifier un
bilan calamiteux, quitte à le ripoliner en rose.
De François Fillon à Jean-François Copé, on a eu
droit la semaine dernière à une petite musique qui
sonne bien faux et surtout en total dissonance avec
la perception des citoyens et des salariés. « Les
résultats, on est en train de les avoir », s’est réjoui
jeudi 13 mai le Premier ministre. Quant au secrétaire
général de l’UMP, il croit que « l’embellie de la croissance
française (1 %) » confirme une « forte reprise »,
histoire de légitimer tous les choix les plus antisociaux
à l’oeuvre depuis 4 ans. « Tous les feux sont passés
au vert », dit-il citant les créations de plus de 58 000
emplois sur la même période, une augmentation de
1 % de l’indice du salaire de base et de 0,7 % pour
l’investissement privé.
Ces chiffres sont, selon le chef du parti majoritaire,
« la confirmation d’une forte reprise (...) permise par
la stratégie de la majorité basée sur le soutien à l’investissement
et à la compétitivité ».
En fait, à y regarder de près, on voit que les créations
d’emplois sont en réalité tirées par le tertiaire dans
lequel on comptabilise aussi l’intérim. A lui seul, ce
secteur a créé la quasi-totalité des emplois : 56 800
postes nets (+ 0,5 %), alors que la construction n’en
a produit que 1 400. Quant à l’industrie, elle a juste
réussi à se stabiliser (+ 600 postes). On le voit, c’est
le noyau dur de l’économie qui continue à souffrir…
Et les signes de reprise du marché du travail ne sont
pour le coup qu’un retour des intérimaires qui furent
les premiers passés par-dessus bord en 2008.
Le ministre du Travail nous prédit quant à lui un passage
sous la barre des 9 % de chômeurs d’ici la fin
de l’année. Ceci après avoir bien tripatouillé les présentations
statistiques afin d’exclure des chiffres des
centaines de milliers de privés d’emploi. Il n’en reste
pas moins qu’en 2010, les 124 600 postes nets
créés sur l’année n’avaient pas réussi à faire reculer
le taux de chômage compte tenu de l’arrivée sur le
marché des jeunes générations. Et cela ne risque
pas de s’arranger avec l’entrée en vigueur du recul
de l’âge de la retraite.
Selon un expert de l’OFCE c’est plus de 140 000
emplois nets qu’il faudrait créer pour absorber ces
jeunes actifs et ces seniors qui ne demandaient qu’à
leur laisser la place. Et ce même expert de l’OFCE
tempère l’optimisme gouvernemental en estimant
que « la croissance sera peu créatrice d’emplois »
car, en période de sortie de crise, « les entreprises
ont besoin de réaliser des gains de productivité »
pour préserver leurs marges, au détriment de l’embauche
de salariés.

SOMMAIRE :
- Sages-femmes : forte mobilisation pour défendre la profession
- Soins en psychiatrie : la profession se mobilise contre le tout sécuritaire
- APEC : négocier... enfin !
- Caisses d’Épargne : rassemblement sur les conditions de travail
- Plan social des Viveo : la Cour d’appel donne raison aux salariés
- Égalité professionnelle : le gouvernement bat en retraite devant le patronat
- Sud-est francilien : inquiétudes pour l’accès aux soins
- Fiscalité : encore des cadeaux pour les plus fortunés
- Journée d’études : « Le CNAM et ses enjeux », le 19 mai 2011

Téléchargez la lettre pour la lire, l’afficher en salle des profs !