Accueil > Actualités > Le nucléaire

Actualités

Le nucléaire

communiqué de la FERC cgt

samedi 26 mars 2011, par CGT Educ’Action 94

Le Japon, pays réputé pour la maîtrise de sa technologie, vit actuellement une catastrophe nucléaire de premier ordre. Les autorités japonaises ont admis tardivement la gravité de la situation. Parallèlement, en France, les discours gouvernementaux tournent en boucle sur l’impact minime pour la France et de la sûreté des centrales de notre pays.

Pourtant, cette catastrophe met à jour :

- l’inanité du mythe du risque zéro recentre la question de la responsabilité de tout le système capitaliste dans ses choix et sa gestion, comme la confiscation de la démocratie en matière d’industrie nucléaire (absence de débat public), la sous-estimation des rejets radioactifs, etc.

- Le silence délibérément organisé sur les conséquences pour l’environnement et la santé de la population. Cette situation est d’autant plus redoutable qu’elle s’inscrit dans un contexte où patronat et pouvoirs publics visent à détruire le système de surveillance médicale professionnelle et post-professionnelle des travailleurs par les attaques tous azimuts contre la médecine du travail, et contre le système de santé publique.

Sachant que, dans notre pays, 90% de la population active est salariée, le gouvernement organise ainsi le déni au droit de tout travailleur à maîtriser tout ce qui touche à sa santé, à celle de sa famille.

La FERC CGT apporte toute sa solidarité aux salariés japonais et appelle les salariés de ses champs à exiger, partout :

-  La création de CHSCTE (« E » comme « environnement »), dotés rapidement de toutes compétences en matière environnementale,
-  des médecins du travail et de prévention, en nombre suffisant, sur des postes stables, avec les moyens de conduire toutes leurs missions,
-  un suivi professionnel et post-professionnel rapide et efficace pour tous salariés, qu’ils soient sur un emploi stable ou précaire.

Elle appelle chaque salarié/e à faire entendre sa voix, à porter ses exigences tant en matière de débat public sur le nucléaire français que sur le devenir du système public de soins.
Montreuil, le 30 mars 2011