Accueil > Actualités > La lettre 339 de l’Ugict Cgt du 14 février 2011

Actualités

La lettre 339 de l’Ugict Cgt du 14 février 2011

mardi 15 février 2011, par CGT Educ’Action 94

ÉDITO : LE CHÔMAGE EST-IL SOLUBLE DANS LA COMMUNICATION ?

Ce n’est pas le train qui avance, ce sont des figurants qui
font bouger le décor et qui secouent les wagons. Voilà
l’impression que donne notre pays. Le train, c’est celui du
social et de l’économie, bloqué à quai. Mais pour distraire
les voyageurs impatients et mécontents, le chef de gare
fait s’agiter le décor à la manière des vieux effets spéciaux
au temps du noir et blanc. Mais s’il s’agite avec frénésie,
la bande son du film ressemble à un disque rayé. « Tous
les chômeurs de longue durée devront être reçus dans les
trois mois pour recevoir soit une formation qualifiante, soit
un emploi ». En prononçant cette phrase jeudi soir, lors
de l’émission : « Paroles de Français » sur TF1, Nicolas
Sarkozy a voulu une nouvelle fois marquer les esprits à
bon compte en faisant du social un de ses thèmes de
campagne pour 2012 sans négliger au passage les vieilles
antiennes de l’immigration, de l’identité nationale et de
l’échec de l’intégration des populations d’origine étrangère,
de la sécurité. Mais c’est véritablement un discours
creux que ce monologue présidentiel. Nicolas Sarkozy
n’est plus en mesure de proposer quoi que ce soit de
décoiffant. Alors il se répète, tourne en boucle et recycle.
C’est ainsi que ce volontarisme d’opérette pour lutter
contre le chômage de longue durée fera long feu. On ne
doute pas une seconde que les agents de Pôle Emploi
vont se voir enjoindre d’exécuter coûte que coûte l’ordre
élyséen. Au passage, on se demande bien pourquoi il y a
tant de chômeurs de longue durée, puisqu’il suffit de les
recevoir tous très vite, de les envoyer en formation qualifiante
et de les remettre au boulot. Mais les faits sont têtus
et même en contraignant les chômeurs à accepter n’importe
quel job, on ne parvient pas, faute d’une vraie politique
industrielle, à créer suffisamment d’emploi pour
remettre les seniors au travail et absorber les quelques
800 000 jeunes qui devraient entrer chaque année dans la
vie active avec des formations de plus en plus élevées.
Selon des données provisoires officielles, l’emploi salarié
a progressé de 0,7 % en 2010 dans les secteurs marchands,
tandis que le nombre des demandeurs d’emploi
n’ayant exercé aucun emploi aurait progressé de 80 000
(toujours selon les chiffres officiels).
Alors une nouvelle fois, le gouvernement est à la manoeuvre
pour se montrer au moins à la hauteur des injonctions
du chef. Ainsi le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a
appelé vendredi les départements à « relever le défi » avec
le gouvernement en cofinançant avec l’État 60 000 autres
contrats aidés en faveur des allocataires de RSA. L’enjeu
est de taille, pour le gouvernement qui a déjà tripatouillé le
mode de calcul des chiffres du chômage, il faut maintenant
effectuer un tour de passe-passe pour faire sortir les
demandeurs d’emploi des statistiques par des contrats
aidés. Tout cela reste de la communication, de l’esbroufe,
mais il n’est même pas sûr que cela fasse encore illusion
au printemps 2012.

SOMMAIRE :

- Justice : la fronde persiste contre la démagogie
- Éducation nationale : mobilisation d’ampleur contre les suppressions de postes
- CHU Henri-Mondor (Créteil) : mobilisation contre la fermeture d’un service de chirurgie
- CHU de Caen : encore 200 emplois en moins
- Chômage persistant : la France ne crée toujours pas assez d’emplois
- Intérim : reprise en 2010, après une chute en 2009
- APEC : les négociations se poursuivront en mars
- Congrès de l’UGICT-CGT : un site dédié avec des documents accessibles à tous

Téléchargez la lettre pour la lire, l’afficher en salle des profs !