Accueil > Actualités > La lettre 331 de l’Ugict Cgt du 20 décembre 2010

Actualités

La lettre 331 de l’Ugict Cgt du 20 décembre 2010

mardi 21 décembre 2010, par CGT Educ’Action 94

ÉDITO : LA QUESTION DES SALAIRES REVIENT EN BOOMERANG

Entre l’annonce de la dérisoire revalorisation du Smic au 1er janvier
2011 et la communication sur les baisses des salaires de quelques
patrons, on a vu ces jours dernier se repointer la question salariale
dans l’actualité sociale. En fait, cela fait plusieurs semaines que
cette question revient de manière aigüe à la faveur des négociations
annuelles obligatoires et de plusieurs mouvements sociaux,
que ce soit dans de grandes ou des petites entreprises. Gageons
même qu’avec la publication en début d’année des résultats des
grandes entreprises et notamment de celles du CAC 40, les négociations
annuelles obligatoires ne seront pas une partie de plaisir
pour les directions d’entreprise. Si la question salariale a pu sembler
être mise au second plan de l’actualité par plusieurs mois de
mobilisation sur les retraites, les organisations syndicales ont articulé
leur expression revendicative autour d’un triptyque « salaires,
emploi, retraite ». Le troisième thème étant d’ailleurs intimement lié
aux deux premiers, tant il est vrai que toute la protection sociale est
assise sur l’emploi et les salaires.
La question posée est bien celle de la répartition des richesses
créées. On nous fait souvent pleurer sur l’âpreté de la concurrence
et de la guerre économique pour justifier les politiques salariales
régressives. Mais en réalité, le produit intérieur brut de la France,
c’est-à-dire le total des richesses produites en une année, s’élève
à plus de 1 800 milliards d’euros. La France est donc un pays riche.
Selon certains économistes, la part des salaires dans cette
richesse a perdu 9,3 %, ce qui fait plus de 167 milliards d’euros. La
sous rémunération du travail, la non reconnaissance des qualifications
ne sont pas seulement insupportables et injustes, elles sont
aussi économiquement hérétiques. Ainsi, selon le directeur général
du Bureau International du Travail, « la stagnation des salaires fut un
élément déclencheur de la crise ; elle continue d’affaiblir la reprise
dans de nombreuses économies ». Voyons bien que ces milliards
d’euros qui ne tombent pas sur la fiche de paie, ne sont ni réinjectés
dans la consommation quotidienne des ménages, ni dans leurs
investissements. Certains économistes avancent même à juste
titre que la hausse des salaires permettrait aux ménages d’injecter
des sommes dans des activités économiques non délocalisables
telles que l’acquisition, la rénovation de leur logement.
Il y a incontestablement une hypersensibilité sociale à la question
salariale. Dans nos catégories, elle recouvre aussi une forte dimension
de reconnaissance des qualifications, des responsabilités.
Il faut en finir avec l’austérité imposée tant sur les salaires que sur
les dépenses publiques. Leurs effets conjugués ne peuvent que
freiner la demande et plomber la croissance. Pire, elle alimente les
bulles financières et les paradis fiscaux qui prospèrent contrairement
aux promesses de Nicolas Sarkozy.

SOMMAIRE :
- Forfait jours : la France en infraction par rapport à la Charte sociale européenne
- Fin de la grève à l’hôpital Tenon : des avancées, mais pas d’accord signé
- Réforme des retraites : les décrets d’application confirment son caractère
injuste et inefficace
- Pôle emploi : les syndicats mécontents du budget 2011
- Rhodia : accord salarial signé par l’ensemble des syndicats
- Sous-traitance d’Airbus et Dassault : Reims Aérospace en dépôt de bilan
- Conseil général de l’Essonne : la CGT dénonce la souffrance au travail
- Économie : la stagnation des salaires altère la reprise
- Syndicalisme : CGT et FSU veulent faire évoluer le paysage syndical
- Accès à la formation : la catégorie socioprofessionnelle plus déterminante que l’âge
- Grèce : grève des journalistes pour le respect de la convention collective
- APEC : ouverture des négociations
- « Cadres et Droit » : une nouvelle publication de l’UGICT-CGT
- États généraux des professions techniciennes : jeudi 13 janvier 2011
au siège de la CGT à Montreuil
- Stage « Valeur des emplois et inégalités salariales » : du 24 au 28 janvier 2011

Téléchargez la lettre pour la lire, l’afficher en salle des profs !