Accueil > Vos droits > La grève reconductible a démarré dans l’académie

Vos droits

La grève reconductible a démarré dans l’académie

Les infos sur la poursuite de l’action et la reconduction de la grève dans l’éducation

mercredi 13 octobre 2010, par CGT Educ’Action 94

Après le 12 octobre, pour faire reculer le gouvernement, plusieurs établissements du département ont déjà décidé de poursuivre l’action et/ou de rejoindre la grève reconductible qui se développe dans plusieurs secteurs. Quelque soit les actions décidées dans les établissements, faites remonter les infos pour que nous puissions les faire connaître.

Contactez-nous au 06 77 81 34 83

Les premières infos sur le 93 en cliquant sur ce lien.

Les premières infos sur le 77 :

Quatre lycéens ont été inter­pel­lés et pla­cés en garde à vue mer­credi à Meaux (Seine-et-Marne) pour jets de pierres sur des poli­ciers et outrage, lors d’une mani­fes­ta­tion contre la réforme des retraites, a-t-on appris de source policière.

Les poli­ciers n’ont pas été blessés.

Trois des quatre lycéens ont été pla­cés en garde à vue pour "jets de pro­jec­tile", le qua­trième pour "outrage", a-t-on indi­qué de même source.

Deux d’entre eux sont âgés de 14 et 16 ans, a-t-on ajouté, sans pré­ci­ser l’âge des deux autres.

Selon un com­mu­ni­qué de la CGT Educ’action 77, ces jeunes sont sco­la­ri­sés au lycée Pierre de Coubertin de Meaux.

Les lycéens étaient 25O selon la police dans les rues du centre de Meaux mer­credi matin pour mani­fes­ter contre le pro­jet de réforme des retraites. Aucun autre inci­dent n’a été répertorié.

La CGT Educ’action rap­porte dans un com­mu­ni­qué que les mani­fes­tants ont blo­qué l’entrée du lycée Pierre de Coubertin "à l’aide de pou­belles et bar­rières". Puis, "vers 10H00, après accord de l’administration du lycée, les poli­ciers ont brisé par la force cette mani­fes­ta­tion en démon­tant le +bar­rage de for­tune+ des élèves".

"A l’aide de coups de matraques et de pul­vé­ri­sa­tions de bombe lacry­mo­gène, les poli­ciers ont réussi à expul­ser les élèves du per­ron du lycée", pour­suit la CGT, qui "condamne fer­me­ment la répres­sion poli­cière envers les lycéens" manifestants.

A Melun, un cor­tège de 250 lycéens a mani­festé sans inci­dents, selon la police. Dans cette ville comme à Meaux tout était ter­miné vers 12H00, selon la police.