Accueil > Actualités > La lettre 319 de l’Ugict Cgt du 27 septembre 2010

Actualités

La lettre 319 de l’Ugict Cgt du 27 septembre 2010

lundi 27 septembre 2010, par CGT Educ’Action 94

ÉDITO : RETRAITES, LA RUE PARLE, LE GOUVERNEMENT BÉGAIE

Le « non ferme et tranquille »
de François Fillon à l’adresse
des syndicats, des trois millions
de salariés qui ont manifesté
le 23 septembre et des
65 % de Français qui les soutiennent
est-il une preuve de
force ou un aveu de faiblesse ?
En tous cas, le Premier ministre
a reçu le jour même une
réponse claire des organisations
syndicales qui se sont
réunies le 24 pour appeler à
deux nouvelles dates de mobilisations
et de manifestations
les 2 et 12 octobre : « Un non
ferme et résolu de la part des
manifestants et des organisations
syndicales », a déclaré Bernard Thibault qui a prédit au
Premier ministre un « retour de boomerang ».
A l’occasion du point de presse qui a suivi l’intersyndicale,
l’ensemble des organisations syndicales ont tour à tour
dénoncé le mépris, le mensonge, la provocation de l’exécutif
et de sa majorité et menacé des risques d’une crise
sociale majeure, avec notamment celui d’une radicalisation
des modes d’action. « Si le gouvernement et les parlementaires
restent intransigeants sur l’approche de la réforme, il
est évident que les modalités d’action, à partir de ce jour là,
pourront être encore différentes » a prévenu le Secrétaire
général de la CGT. C’est peu dire que le gouvernement est
en échec dans la bataille pour gagner l’opinion publique à sa
réforme. Après le thème de la reconnaissance de la pénibilité,
c’est en effet la question des inégalités entre les femmes
et les hommes, durant la carrière et à la retraite qui a fait
irruption dans le débat ces derniers jours. Tant il apparaît
que les femmes vont être une nouvelle fois les grandes perdantes
de l’allongement de la
durée de cotisation et du recul
de l’âge de la retraite, en raison
notamment de la discontinuité
de leurs parcours professionnel,
de la précarité au travail et
de la faiblesse de leurs rémunérations.
Mais il est une question
à laquelle le gouvernement
semble ne pas devoir échapper
 : celle du chômage des jeunes.
On a vu dans les cortèges
de jeudi de très nombreux
lycéens et étudiants et leurs
organisations syndicales. De
nouveau, elles entendent rallier
les jeunes à l’action contre
cette réforme qui va directement
les impacter. Le front est donc loin de se fissurer et
l’exigence d’une autre réforme est au contraire en train de
gagner et de s’enraciner.
Les manifestations de ce samedi 2 octobre peuvent être
l’occasion d’un élargissement de la mobilisation à des salariés
qui ne peuvent faire grève parce qu’aucun syndicat n’est
présent dans leur entreprise, mais qui souhaitent eux aussi
pouvoir s’exprimer. Cette journée doit aussi nous permettre
de continuer à mobiliser nos catégories, cadres, ingénieurs
et techniciens qui ont aussi de bonnes raisons de refuser
cette réforme qui recule indéfiniment la perspective de leur
retraite, qui n’offre aucune perspective de reconnaissance
de leurs périodes de formation. Elle ne reconnaît pas non
plus les formes de pénibilité dont ils sont victimes et que les
nombreux suicides ont mis en lumière. Les cadres revendiquent
un meilleur équilibre entre vie privée et carrière professionnelle,
ils ne se résoudront pas à voir reculer cette frontière
de l’âge de la retraite.

SOMMAIRE
- Retraites : rendez-vous les 2 et 12 octobre
- Manifestations des 2 et 12 octobre : lycéens et étudiants prennent date pour les retraites
- Femmes-Hommes : la réforme des retraites va accroître les inégalités
- Euro-manifestation mercredi à Bruxelles : les syndicats européens défilent
contre l’austérité et pour l’emploi
- Suicide au Technocentre Renault : une plainte au pénal envisagée pour faute inexcusable
- Réforme des retraites : le gouvernement en profite pour mettre à mal la médecine du travail
- Hausse du chômage : les seniors toujours plus fragilisés
- L’Institut Français de Journalisme met la clé sous la porte : 50 étudiants sur le carreau
- Droit de grève : Ryanair s’en prend à nouveau aux contrôleurs aériens
- Rencontre/débat : Management alternatif : quels nouveaux droits ?
Quel nouveau rôle pour l’encadrement ?

Téléchargez la lettre pour la lire, l’afficher en salle des profs !