Accueil > Vos droits > Vous serez professeur stagiaire à la rentrée 2010 dans le 93 et l’académie de (...)

Vos droits

Vous serez professeur stagiaire à la rentrée 2010 dans le 93 et l’académie de Créteil Comment cela va se passer ?

dimanche 1er août 2010 envoyer l’article par mail

vendredi 13 août 2010, par CGT Educ’Action 94

POUR VOTRE AFFECTATION :
1er degré
(Professeurs d’école)

Vous êtes affecté en Seine-Saint-Denis.

Une fiche de vœux à télécharger sur le site de l’IA (copie sur notre site) est à renseigner puis à renvoyer par courriel, avant le 19 juillet 2010, à la division des moyens et des personnels du premier degré de l’inspection académique de la Seine-Saint-Denis – ce.93dimope6@ac-creteil.fr. Envoyez une copie à cgteduc93@free.fr
Elle vous permet d’indiquer les 5 communes où vous aimeriez être affecté à la rentrée de septembre 2010. Vous connaitrez votre affectation fin aout.
2nd degré
(Certifiés, agrégés, PLP, CPE, COP)

Cette affectation se déroule en 2 phases. La première, conduite au niveau ministériel consiste à désigner les lauréats du concours dans une académie. Vous aviez 30 jours à compter de la réception de la lettre qui vous le signifie pour formuler vos vœux d’académie sur https://vsial.adc.education.fr/vsial/servlet/Centrale . Pour cette procédure, votre numéro d’inscription au concours vous sera demandé. A partir du 30 juillet 2010, vous pourrez prendre connaissance de votre académie d’affectation.
La seconde phase intra-académique, qui consiste à affecter les fonctionnaires stagiaires sur un poste dans l’académie. Les stagiaires affectés dans l’académie de Créteil devront faire des vœux du 13 août à 12h00 au 18 août à 12h00 sur http://bv.ac-creteil.fr/foncstg/RecupIdent.php. 6 vœux uniquement sur des groupements de commune et/ou de département seront possibles (Pour visualiser la carte des groupements de communes : http://papep.ac-creteil.fr/cartographie/index2.php.).
Le barème est très basique : 1 point en cas de mariage ou PACS, 1 point par enfant.
Le 20 août au soir, les stagiaires auront connaissance de l’affectation proposée par le Rectorat sur http://bv.ac-creteil.fr/affect/. : n’hésitez pas à nous contacter en cas de problème, nous avons possibilité d’intervenir.
Envoyez-nous la fiche syndicale que vous trouverez en page 4 et copie de vos vœux dans le 93 (1er degré) ou l’académie (2nd degré).
2nd degré : Pour votre première paye

Pour obtenir votre première paye fin septembre, il est impératif de télécharger le dossier financier (http://www.ac-creteil.fr/rh/dossier-financier-2010-2011.pdf) et de la renvoyer le 23 août 2010 dernier délai à Rectorat de Créteil, DPE (préciser votre discipline) 4, rue Georges Enesco 94010 Créteil
DEROULEMENT DE VOTRE ANNEE :
Dans le 1er degré dans le 93

Dans l’application de la réforme, au lieu de bénéficier d’une véritable formation à votre entrée dans le métier, vous deviendrez moyens de remplacement.
Compte-tenu du manque de maîtres-formateurs et aussi de remplaçants dans le 93, les 456 stagiaires affectés dans le département seront répartis en 2 vagues :
- Une vague A de 300 stagiaires qui seront en co-responsabilité avec un maître-formateur pendant 7 semaines de septembre aux vacances de la Toussaint avant de passer dans le dispositif de remplacement et d’avoir des classes en responsabilité sur des périodes variées.
- Une vague B de 160 stagiaires qui seront en responsabilité dans une classe jusqu’aux vacances de la Toussaint avant de partir en co-responsabilité pendant 7 semaines chez leur maître-formateur, puis de retrouver après janvier leur classe en responsabilité.

Suivi des stagiaires
Les stagiaires seront regroupés en équipes de 12 à 16 stagiaires autour d’une école d’application.
Dans ces équipes coordonnées par un IEN interviendront des maîtres-formateurs (en titre ou faisant fonction), un directeur d’école d’application et 1 ou 2 professeurs d’IUFM (PIUFM).
Les équipes seront constituées en fonction des jours de décharge des maîtres-formateurs et d’un critère de proximité.

Dispositif de « formation » des stagiaires
- Période de co-responsabilité (voir ci-dessous)
- Modules disciplinaires 1 (lecture, maths) et Modules disciplinaires 2 (2 au choix dans (EPS, Arts plastiques, musique, LV, techno) assurés par les PIUFM qui se déroulent les mercredis pendant la période de co-responsabilité.
- 30h Visite des formateurs et 6h de PIUFM pendant l’année
- 18h d’animation pédagogique et 60h de formation spécifique (voir ci-dessous) pendant l’année

Répartition des équipes de stagiaires

Modalités de la période de tutorat (7 semaines co-responsabilité)
- Le stagiaire sera 2 jours par semaine dans la classe d’un formateur.
- 2 autres jours par semaine, il est en regroupement avec son équipe (pratique devant formateur dans d’autres classes, apports de contenus, mise en œuvre séances)

Modalités du stage de 78H
- 60h en stage groupé dont les dates sont différentes selon les vagues. Concrètement 2 équipes de stagiaires seront réunies pendant 2 semaines sur 5 jours. Le contenu sera assuré pour 15h par des IEN, pour 6h par des maîtres-formateurs, 6h de conférences et 51h au centre IUFM de Livry-Gargan
- 18h d’animation et formation dans les circonscriptions (comme les PE titulaires)

Calendrier
La vague A est séparée en 3 groupes qui auront des calendriers différents après les 7 semaines de co-responsabilité de septembre-octobre.

Selon l’IA : ceux qui ont déjà eu une expérience (stages, contractuels en remplacement…) iront dans la vague B (donc en responsabilité dès la rentrée) et les autres dans la vague A.
La CGT-Educ’action a demandé que les stagiaires soient informés de ce calendrier et puissent avoir le choix de tel ou tel groupe. L’IA a pour l’instant refusé.
Transmettez-nous la fiche syndicale pour que nous puissions intervenir pour votre affectation.

L’IA organise du 25 août au 1er septembre des séances d’accueil qui ne peuvent être obligatoires.
Dans le 2nd degré dans l’académie de Créteil

A partir de la rentrée 2010, au lieu de bénéficier d’une formation initiale, due à tout fonctionnaire stagiaire, vous êtes affectés devant élèves.
Les 857 stagiaires 2nd degré sont affectés sur des postes bloqués dans des établissements. Nommés sur un temps complet (18h pour les enseignants, 35h pour les CPE et documentalistes), les stagiaires certifiés, PLP, CPE bénéficient d’une décharge de 2h pour les enseignants et d’une demi-journée pour les CPE et documentalistes.
La CGT-Educ’action demande que cette décharge ne se transforme pas en HSA et accompagnera tout collègue stagiaire qui se verrait imposer des heures supplémentaires.
Les stagiaires agrégés sont nommés sur des postes à 15h sans décharge de service

Calendrier
Les stagiaires seront immédiatement en responsabilité dès le début de l’année mais ils ne connaîtront leur affectation que fin août.
Un accueil par les services académiques est prévu le 25 août (faculté de droit, 83/85, avenue du général De Gaulle à Créteil), puis par les chefs d’établissement à partir du 27 aout. Des « journées d’accueil » disciplinaires seront organisées les 30 et 31 août (voir ici : http://caform.ac-creteil.fr/) Ces 2 journées auront comme programme de doter les futurs stagiaires d’un bagage minimal (connaissance des programmes et référentiel de la discipline, construction de cours, premiers contacts avec une classe, gestion de classe, ..)
Avant le 1er septembre la participation à ces journées ne pourra être obligatoire.
Le 1er septembre : pré-rentrée dans l’établissement d’affectation. Puis le stagiaire sera en charge de ses classes tout au long de l’année.

« Formation des stagiaires » Les stagiaires bénéficieraient de quelques journées de formation transversales « filées », organisées sur leur journée libérée dans l’emploi du temps. Ces journées seront organisées sur la base de regroupements par secteurs géographiques, toutes disciplines et corps confondus (PLP, certifiés, agrégés, CPE).
Par ailleurs, les stagiaires auraient 5 jours de stages « massés » non remplacés (3 jours avant les vacances de la Toussaint et deux jours en janvier. De fait, le rectorat et le ministère ne comptent que sur les tuteurs et la formation continue des personnels titulaires pour assurer un semblant de formation aux stagiaires.

Intervention des « tuteurs »
Chaque stagiaire devrait avoir un tuteur proche de son établissement. Ce tuteur devra assister de septembre à la Toussaint à 3h des cours du stagiaire par semaine.
Entre février et mars, ce tuteur accueillera dans ses propres classes propres un étudiant M2 qui prendra ses classes en charge 2 semaines pendant lesquelles le tuteur travaillera avec le stagiaire.

Autant dire que pour les élèves, les stagiaires, les tuteurs, l’année sera très difficile. Pour mettre en échec Rectorat et Ministère sur l’application de cette réforme que nous dénonçons, la CGT-Educ’action, avec d’autres organisations syndicales appellent les collègues à refuser collectivement d’être "tuteur"
Pour permettre à nos élu-e-s de suivre votre affectation, dans le 1er comme le 2nd degré
Utilisez et envoyez nous la fiche syndicale pour l’affectation
********************

Il est rare qu’une réforme fasse à ce point l’unanimité contre elle : organisations syndicales, de parents d’élèves, d’élèves…les professionnels et responsables des IUFM et universités eux-mêmes y sont opposés. Il faut dire qu’au bout du compte, la réforme de la formation et du recrutement des enseignants apparaît clairement pour ce qu’elle est : une réforme précipitée n’ayant pour seul objectif que de participer au non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partants à la retraite, de supprimer 16 000 postes supplémentaires à la rentrée prochaine, en clair de faire des économies au détriment de la formation de notre jeunesse.
Dans ce cadre, le dispositif de formation continuée inventé par le ministère se révèle n’être ni une formation initiale, ni une formation continue, bref pas une formation du tout. De plus, chaque académie, chaque département se retrouve à gérer l’absence de décision ministérielle. La formation initiale des stagiaires repose donc sur les seuls moyens ou sur la seule absence de moyens des académies et départements. L’Etat se défausse des obligations qu’il a envers ses personnels. Le droit à la formation initiale et à la formation continue sont ainsi mis à mal. Alors même que nos élèves ont besoin d’enseignants formés, mais aussi de remplaçants expérimentés et titulaires, la formation continuée risque bien de s’avérer chaotique et la question du remplacement ne sera réglée que par l’emploi d’étudiants sur des contrats précaires en guise de personnels supplétifs. La formation initiale et continue se voit réduite à peau de chagrin. La première se réduit à une observation dans les classes, à un compagnonnage, terme issu du 19e siècle. La seconde sera réduite par le manque de moyen de remplacement et la disparition programmée des IUFM.
Comment envisager avec recul et sérieux les situations conflictuelles sans le bagage théorique et les analyses de pratique acquises au sein de l’IUFM ? Comment individualiser son enseignement sans connaissance des différents cycles et niveaux ? Comment croire que le métier d’enseignant se résume à une série de gestes transposables en toute situation et sans réflexion ?
Alors que la souffrance au travail explose, la déprofessionnalisation inhérente à la disparition de la formation initiale risque d’exacerber ces phénomènes chez les futurs enseignants. Les personnels de l’éducation nationale luttent contre la réformes de la masterisation afin d’obtenir de bonnes conditions d’accueil et d’apprentissage pour nos élèves ainsi que de bonnes conditions de travail. Il est urgent de redonner à l’école les moyens de fonctionner correctement et de valoriser ses personnels.
La CGT s’est toujours opposée à cette réforme et rappelle son combat pour une mastérisation de la formation des enseignants, avec un recrutement au niveau de la licence et la validation de 2 années de formation initiale au niveau master 2.