Accueil > Actualités > 10, 19 et 24 novembre : Contre la détérioration des conditions d’enseignement (...)

Actualités

10, 19 et 24 novembre : Contre la détérioration des conditions d’enseignement - Pour le renforcement du service public d’éducation - CONTINUONS À LUTTER

Intervention du syndicat CGT-Educ’Action 94 lors de la marche departementale des services publics - 10 novembre 2005

dimanche 20 novembre 2005, par CGT Educ’Action 94

Qu’il s’agisse des conséquences du budget 2006 ou de celles de la loi d’Orientation Fillon, l’Éducation vit à nouveau une détérioration des conditions d’enseignement.

A la CGT, nous sommes attachés à un encadrement pédagogique et éducatif des élèves en quantité et en qualité.
Le gouvernement n’est pas sur cette ligne, le budget 2006 prévoit à nouveau une baisse du nombre de postes d’enseignants :
- dans les écoles, il y aura 800 profs¹ en plus pour 42 000 élèves supplémentaires, cela fait un enseignant pour 53 élèves.
- dans les lycées et les collèges, on annonce 1800 suppressions de postes² pour une baisse de 41 000 élèves : pour 23 élèves en moins, une suppression de poste.

Ce ne sont que des moyennes mais elles montrent le choix délibéré d’une dégradation de l’encadrement scolaire qui s’ajoute à la baisse globale du nombre de personnels d’éducation et à la décentralisation des personnels techniciens, ouvriers et de service.

A la CGT, nous sommes attachés à répondre aux besoins individuels de l’élève quel que soit son niveau.
Le gouvernement n’est pas sur cette ligne, la loi d’orientation crée dans l’élémentaire le « Programme Personnalisé de Réussite Éducative ».
- mais c’est un élément de culpabilisation de l’élève et de ses parents
- l’évaluation, jusqu’alors élément de diagnostic des besoins, devient une opération de tri entre ceux considérés comme « bons » et les autres classés « mauvais ».
- Au collège, les classes relais dont le nombre augmente, deviennent un outil d’éviction des élèves en grave difficulté.

A la CGT, nous sommes attachés au renforcement des qualifications.
Le gouvernement n’est pas sur cette ligne,
- il revient sur le collège unique, recréant, de fait, un pallier d’orientation fin de 5e avec l’élargissement des dispositifs de « découverte professionnelle » principalement attachés aux lycées professionnels.
- exploitant les dramatiques événements de ces derniers jours, il réactive la diminution de l’âge de la scolarité obligatoire en avançant l’apprentissage dès 14 ans, c’est un véritable retour en arrière sur le droit du travail

Non, ce n’est pas l’école de la réussite pour tous que veut ce gouvernement, il continue ses attaques contre le service public d’éducation.

Ce n’est pas une surprise, nous le constatons tous les jours, entre les objectifs du patronat et ceux des salariés et de la CGT, il y a une vraie « fracture sociale » !

note 1 : 1000 postes dans le 1er degré dont 200 pour l’intégration des enseignants de Mayotte.

note 2 : 1383 suppressions de postes d’enseignants et 1350 de stagiaires dans le 2nd degré.