Accueil > Actualités > Des fiches ministérielles qui forment un véritable plan de bataille contre le (...)

Actualités

Des fiches ministérielles qui forment un véritable plan de bataille contre le service public d’éducation

vendredi 4 juin 2010, par CGT Educ’Action 94

Dans le cadre de la préparation du budget 2011, le ministre a réuni début mai, IA et recteurs pour leur remettre des fiches visant à leur indiquer où trouver les milliers de postes à supprimer (16000 envisagés pour le budget 2011). Ces fiches que recteurs et IA doivent renseigner et remonter ont « fuitées » et viennent d’être publiées par le café pédagogique et sont à présent à consulter sur notre site. Elles constituent un véritable plan de bataille contre le service public d’éducation.
Elles ont au moins le mérite d’être claires sur les objectifs du ministère. Le ministère de décliner 13 pistes sur lesquelles recteurs et IA devront s’appuyer pour quantifier les « gains d’emplois » possibles : Suppression des Rased, réduction de la scolarisation à deux ans, regroupements scolaires, augmentation du nombre d’élèves par classe au primaire ; augmentation de la taille des classes au collège, fermeture des petits établissements, "rationalisation" de l’offre éducative en lycée et de l’offre de formation en L.P., réduction des IDD, voilà pour le secondaire. Découvrez le détail de la stratégie ministérielle.

S’agissant du 1er degré comme du 2nd degré : les pistes ne sont rien moins que l’augmentation des effectifs par classe. le ministère demande aux inspecteurs d’encourager les regroupements d’écoles et de jouer sur les taux d’ouverture et fermeture. "Outre les leviers d’action liés aux modalités d’affectation des élèves et à l’augmentation des seuils de création de classes, les fusions d’écoles ainsi que la mise en place des regroupements pédagogiques intercommunaux sont de nature à permettre une répartition plus homogène et plus cohérente des effectifs tout en réduisant le nombre de classes nécessaires"
Il suggère « l’optimisation du remplacement », ce qu’il faut traduire par un recours accru à des des personnels précaires et la diminution des moyens en emplois de titulaires remplaçants. Le manque de remplacement déjà criant dans les écoles et établissements ne va pas s’améliorer.
Alors que la nécessité d’établissements à taille humaine est partout prégnante, le ministre suggère la fermeture des petits établissements.

Au primaire. Le ministre considère que les 2h d’aide personnalisée doit permettre de faire évoluer la « contribution des enseignants spécialisés des RASED ». Le document propose "plusieurs scénarios" : " suppression des seuls maîtres G (non-remplacement des départs en retraite et affectation en classe) et poursuite de la politique de sédentarisation des maîtres E dans les écoles où la difficulté scolaire se manifeste le plus ; suppression des maîtres G et des maîtres E . Un troisième scénario intègre, en plus du scénario précédent, la mise en extinction des psychologues scolaires".
La suppression de la scolarisation à deux ans est également dans les cartons du ministère. La réduction du besoin de remplacements est envisagée en organisant les formations hors temps scolaire et en recourant à des non titulaires. Enfin le ministère entend récupérer aussi au moins un milliers d’emplois chez les intervenants en langue vivante.

Dans le secondaire. S’agissant du 2nd degré, alors que la réforme du lycée était encore il y a peu vendu comme ne supprimant aucun emploi, le ministre écrit aujourd’hui que celle-ci offre des possibilités significatives d’optimisation aux établissements » notamment par le biais de la dotation globalisée, de la mise en place du tronc commun en première,… . Il indique très clairement que l’offre de formation doit être réduite et pousse à la mise en concurrence accrue des établissements.
Les IDD en collège sont remis en cause non pas sur le fond mais surtout pour les deux heures qui leur sont attachés. Ainsi le ministère indique « Dans le cadre de son autonomie, l’établissement peut procéder à des groupements d’élèves de plusieurs classes d’un même niveau. » Autant dire des IDD à 60 par groupe ?
Dans son besoin de racler les fonds de tiroir pour entrer dans les suppressions demandées, le ministre appellent à faire la chasse à toutes les heures de décharges « non statutaires » (soutien scolaire, chorale, coordination disciplinaire, formation TICE…)
Dans les lycées professionnels, c’est la "rationalisation de la carte des formations" qui permettra de dégager des moyens. " Le regroupement des divisions à effectifs réduits sera recherché ainsi qu’une augmentation de la taille des divisions. L’objectif est de rationaliser la carte des formations et de spécialiser les établissements afin d’optimiser la taille des structures".

Avec ces fiches, il apparaît clairement que le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite sert de seul guide à toute la politique éducative du ministère.
Ces orientations doivent être combattues

Retrouvez ci-contre l’intégralité des fiches et ci-dessous un article du café pédagogique qui les synthétise->3170]