Accueil > Actualités > La lettre 306 de l’UGICT CGT du 25 mai 2010

Actualités

La lettre 306 de l’UGICT CGT du 25 mai 2010

mardi 25 mai 2010, par CGT Educ’Action 94

ÉDITO : RETRAITES : RIEN N’EST JOUÉ !

Il serait bien inutile de tourner autour du pot : l’ampleur
de la mobilisation, ce jeudi 27 mai, sera déterminante
dans la manière dont le gouvernement va écrire, si ce
n’est déjà largement fait, le projet de loi qu’il va soumettre
au Parlement sur la réforme des retraites. La question
n’est pas de savoir s’il va pulvériser le droit à la
retraite à 60 ans et allonger la durée de cotisation, mais
de connaître le jour et l’heure où il va confirmer ses
intentions largement affichées depuis des semaines.
Tout sera ensuite une affaire de choix des mots, de
symboles. On sait déjà que l’exécutif a l’intention de
donner quelques gages de « justice sociale » en écornant
symboliquement le bouclier fiscal aux environs de
deux milliards d’euros, ce qui ne représente qu’une
goutte d’eau dans la mer. Mais sur le fond, on sait que
son approche du dossier consiste à durcir les conditions
d’acquisition des droits à la retraite afin de servir
à l’avenir des retraites moins élevées à un nombre plus
grand de retraités qui vivront plus longtemps. Cette
approche « démographique » a le gros avantage pour
les libéraux et le Medef de dédouaner le patronat et le
gouvernement de toute responsabilité sur la situation
de l’emploi et sur le partage de la richesse créée. Car
ce sont bien les paramètres essentiels qui font que le
système de retraites est en difficulté.
Autre avantage, elle permet
de ne rien changer à la donne en ce
qui concerne le partage de la
richesse créée qui s’est considérablement
dégradé au détriment des
salariés. La publication du document
d’orientation puis les rencontres
bilatérales avec le ministre du
Travail ont achevé de convaincre les
organisations syndicales de la nocivité
de ce qui se prépare et de l’urgence
à mobiliser. Au terme d’une
réunion au siège de la FSU jeudi soir dernier, CGT,
CFDT, CFTC, FSU, Unsa, Solidaires ont consolidé leur
appel à la mobilisation pour la journée d’action du 27
mai sur l’emploi, les salaires et les retraites. À noter que
la CFTC a donc rejoint l’intersyndicale à laquelle elle
participait depuis plusieurs semaines en observateur.
Seules, la CGC et FO ont adopté, pour des raisons différentes,
des postures d’isolement.
Pour la CGT, Nadine Prigent a indiqué que « le sommet
social, qui ne nous a pas satisfaits et le document
d’orientation du gouvernement sur la réforme des
retraites, qui ne répond pas aux enjeux, nous confortent
dans la volonté de réussir une journée d’actions de
grande ampleur le 27 mai ». Pour la CFDT, Marcel
Grignard a lui indiqué que « les incertitudes sur les
mesures envisagées par le gouvernement pour les
retraites constituent une raison supplémentaire pour
appeler à se mobiliser ». Une nouvelle réunion de l’intersyndicale,
à laquelle participent pour l’instant six des
huit syndicats français, est prévue le 31 mai au matin
« pour faire le point » après la journée de jeudi. Mais ce
qui est le plus important dans le climat social actuel,
c’est que les syndicats affirment ensemble que « rien
n’est joué ».

SOMMAIRE
- Infirmiers anesthésistes : une détermination chaque jour plus forte
- Ordre infirmier : Roselyne Bachelot lâche du lest
- Salaires d’embauches des cadres : à la baisse en 2009 et 2010
- Industrie : 260 000 emplois perdus
- France Télécom : selon le rapport Technologia, « la crise dure encore »
- France Télévisions : la CGT appelle à la grève le 27 mai
- Des biberons à la Seine : initiative du collectif « Pas de bébés à la consigne »
- 21 organisations de jeunes lancent un appel : « La retraite, une affaire de jeunes »
- Halde : syndicats et associations inquiets d’une dilution de la lutte contre les discriminations
- Taxe sur les transactions financières : associations et syndicats lancent une pétition
- États généraux des professions techniciennes : le 23 septembre 2010

Téléchargez la lettre pour la lire, l’afficher en salle des profs !