Accueil > Actualités > La lettre 301 de l’UGICT CGT du 19 avril 2010

Actualités

La lettre 301 de l’UGICT CGT du 19 avril 2010

jeudi 15 avril 2010, par CGT Educ’Action 94

ÉDITO : LA RÉFORME DES RETRAITES OU LA QUERELLE DU SEXE DES ANGES

A en croire François Fillon qui s’est fait remettre le
rapport du Conseil d’Orientation des Retraites en
vue d’entamer leur réforme, « l’enjeu que nous
allons devoir relever n’est pas un enjeu de droite
ou de gauche, c’est un enjeu démographique ».
C’est comme les anges donc… ni hommes, ni
femmes… des anges.
Cette manière de banaliser les choix qui sont
devant nous relève ou de l’imposture ou de l’angélisme.
Mais on écartera la deuxième option dans la
bouche de celui qui a déjà signé la réforme précédente
du système des retraites. Imposture en effet,
car au-delà des affrontements politiques au sens
parlementaire du terme, c’est en effet un choix de
société qui est posé à notre pays. Et un choix de
société n’est jamais neutre politiquement. Affirmer
le contraire, c’est faire croire que la vie de la cité
peut être régie par de simples équations, des calculs
et des ratios. Nous sommes à l’évidence placés
devant des choix qui ne relèvent pas seulement
des partis traditionnels et pour lesquels le
corps social doit s’exprimer. La bonne nouvelle de
l’allongement de la durée de la vie doit-elle être
confisquée au seul usage et au seul bon vouloir
des actionnaires et des directions d’entreprises ?
La vie ne doit-elle se résumer qu’au labeur ? Où
doit être placé le curseur de la répartition des
richesses qui a été singulièrement orienté en
faveur des revenus de la rente depuis trente ans au
détriment des salaires, de la protection sociale ?
On le voit, répondre à ces questions ne relève en
rien de la comptabilité. Le Premier ministre exclut,
à dessein, de son propos une autre hypothèse,
celle d’une réforme libérale ou plutôt d’une accélération
des mécanismes libéraux qui, de réformes
en réformes, ouvrent la voie à la retraite par capitalisation,
dégagent le terrain pour un vaste marché
de la retraite.
François Fillon, Nicolas Sarkozy, Laurence Parisot
usent de la dramatisation des hypothèses financières
et démographiques pour affoler les Français et
les contraindre à accepter l’inacceptable. Ils voudraient
s’exonérer de la contestation sociale en
imposant aux organisations syndicales un calendrier
à marche forcée.
Les organisations syndicales sont pour l’heure
vent debout contre l’hypothèse d’un report de l’âge
de la retraite et d’un allongement de la durée de
cotisation.
Elles ont fait de cette question un des thèmes revendicatifs
d’un 1er mai qu’elles ont choisi (à l’exception
notable de FO) de placer sous le signe de l’unité.

SOMMAIRE :
- Intersyndicale : le 1er mai sera unitaire et revendicatif
- Jeunes diplômés : un pique-nique pour revendiquer des droits
- Caisse d’Épargne IDF : grève pour les salaires
- Sanofi-Aventis : mobilisation contre la restructuration du pôle chimie
- Suicide d’un cadre de Gefco : la CGT évoque un harcèlement
- TV Outre-Mer : les syndicats dénoncent un climat de « violence » à RFO
- Fonction publique : Georges Tron annonce 34 000 départs non remplacés en 2011
- Cotisations retraites : le Méridien définitivement condamné à indemniser ses anciens cadres
- Jeunes : l’OCDE alerte sur le risque d’une « génération sacrifiée »
- Ligue des Droits de l’Homme : le portrait 2010 d’une justice bafouée
- Lu dans l’Humanité du 16 avril : des aspirations malmenées

Téléchargez la lettre pour la lire, l’afficher en salle des profs !