Accueil > Actualités > Poursuivons la mobilisation par la grève et la manisfestation le 16 et le 18 (...)

Actualités

Nous étions 700 à St Denis le 9 février, 2000 le 11 février à Paris : la mobilisation et la colère montent !...... Précarité, suppressions de poste, casse de la formation et dégradations des conditions de travail : ça suffit !

Poursuivons la mobilisation par la grève et la manisfestation le 16 et le 18 Février !!!

Appels et tract de la CGT-Educ’action Créteil

mardi 16 février 2010, par CGT Educ’Action 94

Pour l’élargissement de la mobilisation, avec l’AG des établissements en lutte, la CGT-Educ’action Créteil appelle être en grève dans le 1er et le 2nd degré mardi 16 février et jeudi 18 février.

Mardi 16 février : 14h Odéon

Vous trouverez ci-dessous :

- l’appel de l’AG du 11 février 2010

- le communiqué de la CGT-Educ’action Créteil

Appel de l’assemblée génerale des établissements à la grève les 16 et 18 février

Revendications de l’AG et appel aux autres académies

‐ 75 établissements présents étaient présent-e-s dont 63 en grève : 2 écoles, 29 collèges, 26 lycées, 6 CIO

‐ Journée de mobilisation réussie : 1500 à 2000 manifestants dans le cortège de l’après‐midi

Syndicats :

‐ CGT Educ’action : engagée dans la lutte qu’il faut encore étendre et amplifier, appelle à la grève pour mardi 16 et jeudi 18 février

‐ SNES Créteil : soutient, appelle à une semaine de grève et à faire de jeudi un point fort de la mobilisation avec manifestation parisienne

‐ SUD : demande un appel intersyndical à la grève pour mardi 16 et jeudi 18 février, appelle à la grève pour ces deux jours

‐ CNT : soutient le mouvement, appelle à la grève mardi 16 et jeudi 18

Mobilisation de la semaine prochaine :

L’AG des grévistes, réunie à la bourse du travail de Paris après la manifestation devant le ministère jeudi 11 février 2010 qui a réuni près de 2000 personnes, appelle à faire du mardi 16 février une journée de grève.

L’AG appelle à étendre la grève le matin dans chaque établissement, dans chaque ville et à se retrouver à Odéon à 14h00 pour manifester. Elle appelle également à une autre journée de grève la plus large possible le jeudi 18 février.

Voté à l’unanimité

NOS REVENDICATIONS

Oui à l’embauche massive de personnels enseignants et agents dans l’Education Nationale. Non à la suppression de 16000 postes à la rentrée prochaine, aux classes surchargées et au non remplacement des personnels.

Abrogation de la loi de mobilité des fonctionnaires qui autorise les licenciements dans la fonction publique.

Non à la précarité dans le 1er et 2nd degré. Titularisation et formation de tous les personnels précaires.

Oui à un véritable service public de l’Education Nationale de l’école à l’université.

Retrait de toutes les réformes qui visent à le démanteler : réforme des lycées Chatel, EPLE, masterisation, … Non à la RGPP et aux restructurations. Non à la destruction programmée des COP et des CIO. Voté à l’unanimité

Appel de l’AG des grévistes

Nous sommes de plus en plus nombreux en grève pour défendre le service public d’éducation contre les attaques multiples lancées par le gouvernement : suppressions de postes, masterisation, suppression de la maternelle, augmentation des effectifs, programme massacrés, possibilité nouvelle de licencier les enseignants (même titulaires), etc. Aujourd’hui le Ministre, avec morgue et mépris, compte sur les vacances de notre zone pour « éteindre l’incendie ».

Nous appelons donc tous nos collègues du primaire, du secondaire et du supérieur à se joindre au mouvement dès le retour de leur congés pour arriver à converger en Mars et construire une grève nationale ‐ seule solution si nous voulons mettre fin à la liquidation du service public.

Texte voté : Contre 0, Abstention 3

Communiqué de la CGT-Educ’action Créteil

Après 10 jours de mobilisation, la CGT-Educ’action se félicite que la lutte des établissements scolaires pour une autre politique dans l’éducation a franchi ce jeudi 11 février un nouveau cap.

Le 9 février, 700 personnels des collèges, lycées, LP et de quelques écoles du 93 manifestaient dans les rues de Saint-Denis, nous étions ce jeudi 11 février 2000 enseignants dans les rues de Paris à manifester vers le ministère.

C’est près d’une centaine d’établissements du 93 qui étaient fortement en grève dont la plupart avec plus de la moitié des personnels. Ils ont été rejoints par de nombreux établissements du 94 (Vitry, Créteil, Ivry, Choisy, Bonneuil …) et de Paris.

Ce 11 février c’est donc de nombreux nouveaux établissements qui sont entrés dans la lutte et une 1ère extension à d’autres départements s’est opérée. Dans le même temps des écoles de Saint-Denis étaient occupés pas les parents.

C’est un mouvement grandissant et déterminé que nous allons encore amplifier et étendre.

C’est une véritable colère longtemps accumulée qui finit aujourd’hui par éclater.

Partout, les personnels, soutenus par les parents et les élèves, n’acceptent plus les conditions de travail dégradées depuis des années, les milliers de suppressions de postes et de jours de classe perdus dans le département faute de remplaçants titulaires, la dévalorisation de leur métier, la casse de leur statut et la destruction de leur formation ainsi que les réformes régressives dans l’éducation, et la précarité.

La délégation des syndicats et des établissements en lutte qui a porté auprès du ministère les revendications s’est vu opposer une fin de non recevoir. Les personnels exigent d’être entendus par le ministère. Toujours plus nombreux, ils exigent une autre politique dans l’éducation. La mobilisation doit et va se poursuivre et s’amplifier encore.

Avec l’assemblée générale des établissements en lutte qui a réuni ce jeudi 11 février, 250 personnels représentant 80 établissements, la CGT-Educ’action Créteil appelle à être en grève et à manifester dans le 1er et le 2nd degré mardi 16 février et jeudi 18 février.

Manifestation le mardi 16 février à 14h à Odéon.

Lors de la réunion intersyndicale académique qui se tient ce vendredi 12 février, nous proposerons à toutes les organisations syndicales de l’éducation de l’académie de se joindre à cet appel pour transmettre avant les congés de la région parisienne, le relais de la mobilisation aux autres académies.