Accueil > Vos droits > Agression d’un élève du lycée Chérioux (Vitry, 94) : Il faut d’urgence une (...)

Vos droits

Agression d’un élève du lycée Chérioux (Vitry, 94) : Il faut d’urgence une rénovation du lycée et l’augmentation des emplois publics dans l’Education !

Communiqué de la CGT-Educ’action 94

mercredi 3 février 2010, par CGT Educ’Action 94

Moins d’un mois après la mort d’Hakim, élève du lycée Darius Milhaud (Le Kremlin-Bicêtre) poignardé dans son établissement, une nouvelle agression frappe un élève de 3^ème professionnelle du lycée Chérioux de Vitry-sur-Seine, après l’intrusion d’une bande, devant le pavillon B de l’établissement. Heureusement, le pronostic vital de l’élève, conduit par les pompiers à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre, n’est pas engagé.

La CGT Educ’Action 94 réaffirme sa solidarité avec tous les personnels de ce lycée, les élèves et leurs familles. *Elle s’associe au choc que chacun a pu vivre. Une nouvelle fois, un événement grave reflète de façon exacerbée et violente l’état du service public de l’Education.

Pour la CGT Educ’Action 94, ce ne sont ni les systèmes de vidéo surveillance, ni les policiers, ni les équipes mobiles de sécurité imaginées par l’ancien recteur, qui pourraient apporter une solution à ces situations car nous savons leur inefficacité ! Le discours sécuritaire ne vise qu’à contourner la question des moyens humains pour la surveillance, l’encadrement pédagogique, la prévention. Il fait l’impasse sur *une rénovation réclamée depuis longtemps par les personnels du lycée Chérioux*. Dans une lettre envoyée au Recteur et aux Présidents du Conseil régional et du Conseil général, en date du 19 mai 2009, les personnels avaient déjà donné l’alerte en demandant : /« Doit-on attendre un nouveau degré de violence, un mort par exemple, pour réagir ? »/. Pour ce lycée de 1500 élèves, les personnels soulignaient : /« Il est grand temps de repenser ce lycée dans sa globalité. Dispersé en trois bâtiments, il est devenu ingérable sur le plan de la sécurité. Nous vous demandons donc une rénovation complète, urgente et attendue depuis des années ». /

Outre la rénovation totale des locaux, les personnels exigent des postes de surveillants en suffisance. Or, leur nombre n’augmente pas dans ce lycée où la violence est endémique. Pour la CGT Educ’Action 94, l’agressivité ou les agressions dans les établissements scolaires ne pourront que s’accentuer du fait des suppressions massives de postes dans le service public d’éducation et dans les autres services publics depuis plusieurs années, la destruction des RASED et des SEGPA, la généralisation du BAC Pro 3 ans, ainsi que toutes les autres contre-réformes éducatives. En 4 ans, 160 000 emplois dans la Fonction Publique ont été supprimés, dont la moitié dans l’Education Nationale : moins 11 200 emplois en 2008, moins 13 500 emplois en 2009, moins 16 000 emplois pour la rentrée 2010 !

La CGT Educ’Action exige l’augmentation des postes de surveillants, et l’affectation de personnels qualifiés, entre autres des éducateurs, intégrés à des équipes pédagogiques stables. Elle exige l’augmentation des personnels d’enseignement et de personnels non enseignants. Elle exige une autre politique de l’emploi dans l’éducation nationale et dans tous les services publics !

Les personnels du lycée Chérioux se sont réunis immédiatement après l’agression en assemblée générale. Ils exigent des moyens humains de surveillance, de prévention, d’éducation. Ils seront reçus cet après-midi au Rectorat de Créteil.*

La CGT-Educ’action de l’académie de Créteil a des propositions pour la vie scolaire et l’amélioration des conditions de travail. Elle demande à être reçue par le Recteur en urgence sur les questions de violences scolaires, demandes répétées depuis maintenant un an et demi (lire notre courrier du 17 octobre 2008 : http://www.cgteduccreteil.org/spip.php ?article1539). La CGT-Educ’action exige que le Ministre renonce aux suppressions de postes pour la rentrée 2010 et qu’il embauche des personnels titulaires et formés pour les enseignements et pour la vie scolaire.*

Créteil, le 2 février 2010