Accueil > Actualités > La lettre 282b de l’UGICT CGT du 30 novembre 2009

Actualités

La lettre 282b de l’UGICT CGT du 30 novembre 2009

mercredi 30 décembre 2009, par CGT Educ’Action 94

ÉDITO : CHARTE POUR L’ENCADREMENT : OUVRIR LE DÉBAT SUR NOTRE PLACE, NOTRE RÔLE

Le remarquable documentaire « La mise à mort du travail
 » récemment diffusé en prime time sur France 3 a
montré, non seulement les dégâts humains, mais aussi
les causes et les ressorts perfides de cette mise en pièces
du travail par les modèles dominants du management.
Depuis vingt ans, l’entreprise est mise au profit des
financiers et non au service des besoins humains sociaux
et économiques. Tous les objectifs sont dirigés vers les
profits des actionnaires financiers qui exigent des taux de
rentabilité à deux chiffres. Cette nouvelle donne a profondément
changé les méthodes de gouvernance. Elle a
modifié complètement la conception même du travail et
de son organisation. La valorisation à court terme des
sociétés exigée par les marchés financiers se traduit par
des baisses d’effectifs, des réductions de coûts, des
restructurations et toujours plus d’automatisation. La
conquête du pouvoir par les marchés financiers a pour
corollaire la mise sous contrôle des managers. Les salaires
sont individualisés, les politiques salariales débouchent
sur le paiement du poste de travail sans référence
aux critères liés à la qualification et aux responsabilités et
aggravent la concurrence entre salariés. La course à la
performance et à la productivité sont des obstacles à la
qualité du travail.
Cette situation interpelle particulièrement le personnel de
l’encadrement. La majorité des salariés, notamment des
ingénieurs, cadres et techniciens, exprime le besoin de
reconnaissance, de leur utilité sociale, de leurs responsabilités
et de leurs qualifications. Ils rejettent le pouvoir
abusif, la manipulation, les décisions prises par des
directions sans expérience du terrain et du métier, les formes
de management sournoises qui conduisent à la soumission
ou au suicide. Ils revendiquent de participer aux
affaires de l’entreprise mais ils sont soumis à des injonctions
paradoxales « le profit à court terme ou la porte »,
alors que leur rôle est d’assurer la pérennité et le développement
à long terme de l’entreprise.
L’UGICT-CGT entend ne pas laisser les cadres seuls et isolés
face à cette situation où les entreprises leur imposent
de jouer contre leur camp. Les cadres n’ont pas envie de
se laisser enfermer dans le discours dominateur et aliénant
des financiers. La CGT des cadres et technicien-ne-s
a décidé de lancer et mettre en débat une « Charte pour
l’encadrement » visant à « obtenir des droits nouveaux
pour un rôle contributif de l’encadrement ». L’UGICT-CGT
veut avec cette Charte, lancer le débat pour que les
cadres partagent leur expérience et confrontent leurs
points de vue sur ce management toxique qui individualise,
classe les salariés, pousse à la surcharge et à la destruction.
Cette Charte de l’encadrement vise à dégager des positions
revendicatives, à redéfinir le rôle et la place de l’encadrement
dans le travail leur conférant des droits pour
développer la dimension collective du travail, en lien avec
les règles du métier et non celles des actionnaires, dans
une perspective de développement durable et socialement
responsable. Un des axes revendicatifs majeurs de
l’UGICT-CGT est de construire un management alternatif
socialement responsable qui replace le travail et l’humain
au centre des organisations et des entreprises.

SOMMAIRE :
- Emploi cadres en Europe : chute « sensible » annoncée par l’APEC
- Bayer Shering Pharma : une centaine de postes de visiteurs médicaux supprimés
- Académie de Créteil : recours aux précaires pour les remplacements
- Assistance Publique Hôpitaux de Paris : démissions collectives contre les suppressions d’emplois
- Statistiques du chômage : nouvelle présentation contestée
- Thales Alenia Space : le suicide d’un salarié à son domicile reconnu « accident du travail »
- Cadres et non cadres : les différences de traitements ne vont pas de soi
- Ministère de la Culture : grève contre les suppressions de poste et les restrictions budgétaires
- Petite enfance : « Pas de bébés à la consigne ! »
- Formation continue : un salarié sur deux n’en a pas bénéficié depuis trois ans
- Immobilier : coup de froid sur l’accession à la propriété
- Santé au travail : réprimer ses émotions n’est pas bon pour le coeur
- « La mise à mort du travail » : rencontre avec les réalisateurs à l’Arche de la Défense

Téléchargez la lettre pour la lire, l’afficher en salle des profs !