Accueil > Actualités > Une atteinte sans précédent à la qualité de la formation professionnelle (...)

Actualités

Une atteinte sans précédent à la qualité de la formation professionnelle continue et au statut de travail des formateurs

Communiqué de la FERC-CGT

mercredi 18 novembre 2009, par CGT Educ’Action 94

Le secteur confédéral « formation », alerté par la FERC, s’insurge contre le projet de la Fédération patronale de la formation professionnelle (FFP affiliée au MEDEF) concernant le temps de travail des formateurs : il s’agit, pour le patronat des organismes de formation privés, de supprimer le temps de préparation conventionnel lié, forfaitairement et automatiquement, au face à face pédagogique et de le renvoyer à la négociation d’entreprise.

Aujourd’hui, la convention collective des organismes de formation stipule que 60 minutes de face à face pédagogique correspondent à 81 ou 83 minutes de travail effectif, incluant temps de préparation et de recherche qui apparaissent sur la fiche de paie en temps et en salaire. Soit 1 120 heures annuelles, équivalant à 1565 H, pour un temps plein.

Demain le projet de la FFP prévoit une augmentation de près de 30% du temps de face à face pédagogique (le produit qui est facturé aux clients).

Il s’agit pour la CGT d’une atteinte sans précédent à la spécificité d’un travail qui ne se limite jamais au seul face à face pédagogique, mais qui nécessite obligatoirement le temps de préparation qui lui est indissociablement lié et qui est un gage de la qualité pour la formation dispensée.

Au moment où les besoins en formation explosent, tant pour les jeunes qui sortent sans diplôme du système éducatif que pour les milliers de salariés licenciés qui doivent se reconvertir, ainsi que ceux qui doivent améliorer leur niveau de qualification, le patronat du secteur de la formation en s’attaquant aux conditions d’exercice du métier de formateur, fait fi de la qualité des formations dispensées. Tous les salariés et demandeurs d’emploi qui exercent leur droit à la formation professionnelle continue seront pénalisés par la dégradation programmée de la qualité des formations dont ils peuvent bénéficier.

Les formateurs exigent de conserver le temps nécessaire à la préparation de leurs interventions pour être en mesure de dispenser les formations de qualité qu’exigent les stagiaires en formation.

Deux exigences inséparables que la CGT soutient comme une nécessité tant économique que sociale pour l’ensemble des travailleurs.

Montreuil, le 20 novembre 2009