Accueil > Actualités > La lettre 270 de l’UGICT CGT du 7 septembre 2009

Actualités

La lettre 270 de l’UGICT CGT du 7 septembre 2009

lundi 7 septembre 2009, par CGT Educ’Action 94

Edito : CARTABLE PLEIN POUR UNE RENTRÉE SOCIALE SOUS TENSION

Il y a un an, éclatait une crise dont tout a montré qu’elle
ne resterait pas cantonnée à la seule sphère financière où
elle avait pris naissance avec le scandale des sub-primes.
Causée par un mode de croissance assis sur des quantités
de liquidités disponibles pour la spéculation, cette
crise n’est pas autre chose que celle du système capitaliste.
Depuis lors, les gouvernements du G20, les entreprises
n’ont de cesse d’en faire payer le prix aux salariés, aux
populations. La crise sert de prétexte à une restructuration
du paysage industriel qui ne prépare nullement la reprise
d’activité. On ne rebâtira pas sur les ruines de l’emploi, sur
la disparition des savoirs-faire. Notre pays peut et doit trouver
de nouveaux gisements de croissance pour satisfaire
des besoins nouveaux, par la création d’emplois qualifiés.
Mais nous ne pouvons imaginer une croissance durable et
saine sans un tissu industriel qui allie innovation et recherche
à des capacités de fabrication. Ce qui est au centre de
cette rentrée, c’est bel et bien la question de l’emploi. Mais
si chaque salarié se la pose pour lui-même et pour le pays,
le Medef lui, de manière caricaturale, semble avoir passé
l’emploi par pertes. C’est ainsi que lors de son université
d’été, la semaine dernière, Laurence Parisot assurait que
son organisation était « un espace anti-préjugés. […] Nous
sommes capables de poser toutes les questions : l’éthique,
le capitalisme, le profit et l’absence de profit, la croissance
et la tentation de la décroissance, la crise, la reprise, le politiquement
correct (...), la liberté ». L’emploi, grand absent
des travaux du patronat qui préfère faire sa « com » sur
des grands sujets philosophiques et sociétaux avec des
invités de marque, tout un symbole, alors que tout le
monde prophétise une amplification des suppressions
d’emplois !
Face au tsunami social de la crise, la réaction unitaire des
organisations syndicales a été l’événement social marquant
de cette dernière année et il est bien naturel qu’en
cette rentrée la question de son prolongement soit sur
toutes les lèvres. Pour la CGT, les salariés ont toutes les
raisons de se mobiliser de nouveau en cette rentrée pour
exiger d’autres réponses que celles apportées par le gouvernement
après les grandes mobilisations du premier
semestre. Et c’est bien dans cet esprit que la CGT s’est
rendue à la réunion intersyndicale. Elle y a notamment
proposé de faire du 7 octobre la prochaine journée de
mobilisation unitaire interprofessionnelle. Cette date,
coordonnée par la Confédération Syndicale Internationale,
a été retenue pour que s’expriment sur l’ensemble
des continents les exigences sociales sur l’emploi et les
salaires.
« Ceux qui prophétisent la fin de l’unité syndicale ou
l’atonie du mouvement social en cette rentrée au
motif que les manifestations du 13 juin n’ont pas eu
le succès escompté se trompent », a insisté Bernard
Thibault à l’occasion de la conférence de presse de
rentrée de la CGT jeudi dernier. « Rien n’est écrit
d’avance, beaucoup va dépendre de la détermination
dont feront preuve ensemble les syndicats en continuant
de s’inspirer de la plate-forme revendicative
commune. »

Sommaire :

- La CGT et l’Ugict-CGT font leur rentrée sur le Net
- Emploi des cadres
le reflux des offres est très marqué
- Assurance chômage
+ 17,7% de chômeurs indemnisés sur un an
- Salaires
les inégalités se creusent
- Air France
la compagnie cherche 1 500 départs volontaires
- Radio France Internationale
grève spontanée contre les méthodes de la direction
- France Télévisions
l’État fait main basse sur 70 millions d’euros
- Fraude et évasion fiscale
la CGT demande plus que des déclarations médiatiques
- Retraite des femmes
pas touche aux majorations pour enfants !

Téléchargez la lettre pour la lire, la mettre en salle des profs !