Accueil > Actualités > Projet de loi contre les violences … : inacceptable !

Actualités

Projet de loi contre les violences … : inacceptable !

Communiqué de la FERC CGT

mardi 9 juin 2009, par CGT Educ’Action 94

La proposition de loi contre les violences de groupe et la protection des personnes chargées de mission de service public est inacceptable, dans ses constats comme dans ses objectifs.

Pour la FERC CGT, il s’agit d’une véritable stigmatisation de quelques milliers de jeunes, moins de 0,01% de la population, qui appartiendraient à des bandes violentes, pour démultiplier et durcir encore tout l’arsenal répressif déjà existant, sous couvert de protection d’agents du service public et plus largement des biens et des personnes.

Si ce projet devait passer au prétexte du tout sécuritaire, toutes les actions syndicales, associatives, voire politiques seraient passibles de poursuites, de lourdes peines allant de l’amende exorbitante à l’emprisonnement ferme.

« Toute personne ayant une visée violente participant à un attroupement ou réunion » serait également touchée.

Pas de hasard dans la présentation d’un tel projet, juste avant les vacances et dans un contexte de fortes luttes sociales appelées encore à se développer….

Pour la FERC CGT, la première des violences, c’est celle de perdre son emploi, de n’avoir aucune perspective d’avenir. Les jeunes sont particulièrement touchés, tant par le chômage que la précarité, l’exclusion en général. Les politiques de casse mises en œuvre dans l’Education, la Formation professionnelle, la Recherche, la Culture et l’Education populaire participent de cette violence.

C’est d’un Grenelle des violences sociales dont la société a besoin, tant ces questions doivent relever du débat social, et toute solution du contrôle social.


Voir :

- Discours lors de la réunion avec les principaux acteurs de la Sécurité, de la chaîne pénale et de l’Education nationale. Palais de l’Elysée – Jeudi 28 mai 2009

- PROPOSITION DE LOI N° 1641, renforçant la lutte contre les violences de groupes et la protection des personnes chargées d’une mission de service public, enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 5 mai 2009