Accueil > Actualités > Marches des Fiertés en France : la CGT combat toutes les discriminations

Actualités

Marches des Fiertés en France : la CGT combat toutes les discriminations

Article de la CGT

dimanche 31 mai 2009, par CGT Educ’Action 94

Après le 17 mai, journée mondiale de lutte contre l’homophobie, les marches des Fiertés vont se dérouler un peu partout en France. La CGT appelle une nouvelle fois à participer à ces manifestations revendicatives auitant que festives

Voir le parcours de la marche de Paris le 27 juin

Voir la liste et les infos pratiques sur toutes les marches 2009

A cette occasion, Frédérique Bartlett, membre de la commission exécutive de la CGT et animatrice du collectif Collectif confédéral de lutte contre l’homophobie, nous explique notamment pourquoi et comment la CGT s’engage dans les marches des Fiertés ainsi que dans la journée internationale du 17 mai.

Pour regarder la vidéo : "Discriminations, Homophobies, un enjeu syndical", cliquez sur l’image ci-dessous :


- Lutte contre les LGBTphobies en milieu scolaire :
le Ministre de l’Education prend de nouveaux engagements_ Communiqué de presse du Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire

- Lire aussi "La mobilisation du droit contre la discrimination liée à l’orientation sexuelle" un article du Peuple

- Consulter notre dossier "homophobie"

La CGT combat toutes les discriminations et parce qu’il n’existe aucune hiérarchie dans les discriminations, chacune d’entre elles doit être combattue.

La transidentité (identité des personnes ne ressentant pas d’adéquation entre leur sexe biologique et leur genre réel) est toujours classée, au contraire de l’homosexualité, comme une maladie mentale. À cause de ce classement, une discrimination institutionnelle perdure envers les personnes transgenres et transsexuelles.

Cette discrimination institutionnelle génère d’immenses difficultés dans la vie privée ou dans la sphère publique (changement d’état-civil, accession à la propriété, droit aux soins...) et, dans le monde du travail, des rejets à l’embauche, des licenciements ou des mises au placard. Les personnes transgenres et transsexuelles sont victimes d’une véritable exclusion sociale : leurs droits humains fondamentaux sont ignorés, bafoués.

Rejet de la société, pauvreté, précarité, y compris dans le domaine de la santé, absence de perspective professionnelle sont les conséquences de ces discriminations.

Pourtant, en matière de droit du travail, il existe une jurisprudence de la cour de justice européenne, datant de 1996, censée protéger les personnes transgenres et transsexuelles. Cette jurisprudence, malheureusement trop peu exploitée, a permis plusieurs jugements importants en leur faveur (le dernier en 2008), ainsi que deux délibérations de la Halde, Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité, condamnant les discriminations professionnelles à l’encontre de personnes transgenres et transsexuelles.

Cependant, dans le monde entier, les personnes qui vivent leur identité de genre en dehors des normes en vigueur sont confrontées aux violences, abus, viols, tortures, crimes de haine.

Pour permettre à chacune et chacun de vivre dans la dignité, pour faire reculer l’intolérance, pour imposer le respect et l’égalité de toutes et de tous, luttons contre la transphobie ! Exigeons la dépathologisation de la transidentité ! Luttons pour que les personnes transgenres et transsexuelles soient considérées comme des salariés ordinaires, comme des assurés sociaux ordinaires, comme des retraités ordinaires, en fait : comme des êtres humains ordinaires !