Accueil > Actualités > CARTE SCOLAIRE 2005

Actualités

CARTE SCOLAIRE 2005

L’Education nationale subit de plein fouet les effets de la politique de casse de l’emploi public du gouvernement

mercredi 15 décembre 2004, par CGT Educ’Action 94

Avec 5 595 suppressions d’emplois, l’addition est particulièrement lourde pour le secondaire.
Dans le premier degré, les 700 créations d’emplois sont insuffisantes pour faire face à l’arrivée de 45 000 élèves supplémentaires.
Et pourtant, c’est ce que va présenter le Ministre au CTPM du 17 décembre qu’il réunit courageusement à la veille des congés scolaires.

La rentrée 2005 est ainsi placée sous le signe de nouvelles dégradations dont les effets cumulés avec les précédents budgets entraînent la destruction de près de 40 000 emplois en 3 ans : enseignements obligatoires non assurés, suppressions d’options, fermetures de classes et de sections, regroupement de sections, mesures de carte scolaire...

S’il en était besoin, cette situation, conséquence d’un budget 2005 dont nous avions dénoncé les effets prévisibles dès son élaboration, valide la décision de la commission exécutive de l’Union de construire, le plus unitairement possible, une journée nationale de grève en janvier, donnant ainsi un prolongement aux actions des 7 et 8 décembre.

Cela implique, dans chaque SDEN, de prendre les mesures d’organisation et de suivi pour impulser, dès la rentrée de janvier, des assemblées générales dans les écoles, collèges, lycées et IUFM. Il s’agit d’informer les personnels sur le projet de loi d’orientation et sur la carte scolaire, ceci en s’appuyant sur les déclinaisons départementales et académiques et leurs effets qui, là où ils sont connus, sont amplifiés.

PREMIER DEGRE

-  1 000 emplois créés dans le premier degré dont 300 pour l’intégration d’instituteurs de Mayotte dans la Fonction publique d’Etat.

-  45 000 élèves supplémentaires : augmentation concernant toutes les académies, à l’exception de Nancy, Reims, Rouen et Martinique.

pour Créteil, dotation de 23 368 postes, soit + 65 (0,28%)

SECOND DEGRE

-  5 595 postes d’enseignants supprimés (5 802 suppressions et 207 créations) (dont 3 360 emplois d’enseignants et 2 100 emplois de non titulaires, 62 autres étant transformés en emplois de direction et d’inspection...).
La répartition des moyens d’enseignement et de suppléance étant, selon le ministère guidée par le souci de rééquilibrer les dotations entre les académies ; ce qui, dans le contexte de réduction des moyens, conduit à une logique implacable, celle de supprimer des postes à des académies considérées comme déficitaires.
-  Une diminution de 42 500 élèves caractérisée par une forte baisse en collège et SEGPA (- 46 500), une légère hausse en LP (+3 000) et en poste bac (+ 800), une stabilité en lycée général et technologique.

Pour Créteil, 31 314,6 équivalent temps plein, soit - 200 (-0,63%) dont 94 pour raisons démographiques et 106 pour mesures pédagogiques.

ASSISTANTS D’EDUCATION

-  800 postes d’assistance et de surveillance mais le ministère est devenu muet sur les 6 800 contrats aides-éducateurs qui viennent à échéance d’ici juin 2005 et dont aucun ne sera remplacé.

Pour Créteil, 3724 postes, soit + 73 (2%)

CONSEILLERS D’ORIENTATION PSYCHOLOGUES

-  49,5 postes de COPSY supprimés (57,5 suppressions et 8 créations)

Pour Créteil, 261 postes, soit - 2,5 (0,95%)