Accueil > Vos droits > Les arts appliqués dans la rue et au ministère !

Vos droits

Les arts appliqués dans la rue et au ministère !

dimanche 17 mai 2009, par CGT Educ’Action 94

Suite à l’appel au rassemblement du collectif non-titulaires de l’Ile-de-France (lire : http://www.cgteduccreteil.org/spip.php ?article1784) ; les arts appliqués étaient dans la rue et au ministère le mercredi 13 mai 2009 !


COMPTE RENDU DU RENDEZ-VOUS DU 13 MAI 2009 AU MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE

La délégation du collectif des Arts appliqués après quelques craintes de ne pas être reçu et après quelques heures d’attentes - le ministère avait confondu en une seule délégation, les collectifs Arts plastiques et Arts appliqués -, a finalement été reçue de 17H30 à 18H30, par Mme Monlibert de la DGESCO (Direction générale de l’enseignement scolaire) et par M Aizieu également de la DGESCO

Cette délégation était constituée de 5 enseignants de Lycées professionnels, et d’un enseignant de lettres-Histoire, représentant de la CGT Educ’action. Les représentants du Ministère de l’Education Nationale, qui finalement nous ont reçus, ont été missionnés pour nous écouter, prendre note de nos revendications et les transmettre à travers un compte rendu, à notre Ministre de tutelle, M. Xavier DARCOS.

Synthèse de la réunion :

En préambule à la présentation de nos revendications, il a été exposé que les enseignants d’arts appliqués partageaient l’objectif affiché par le gouvernement : “Faire de la culture artistique une priorité” (cf. article d’octobre 2008, sur le site de l’Education Nationale, dans la rubrique Actualité pédagogique).

Reste à discuter ensemble, des moyens à mettre en oeuvre pour parvenir à cet objectif, car il nous semblait que telle que la réforme du BAC PRO 3 ans avait été engagée, sans concertations avec les intéressés, elle ne permettait pas d’atteindre l’objectif mentionné ci-dessus, allait à l’encontre “de la démocratisation de la culture” et “de l’égalité des chances” souhaité par le gouvernement. (cf. ce même article d’octobre 2008, sur le site de l’Education Nationale, dans la rubrique Actualité pédagogique).

Nous avons mis en avant notre rôle social essentiel au sein des LP : un moment privilégié et indispensable à la mise en confiance et à l’épanouissement de nos élèves.
Nous avons insisté sur l’importance de la pratique artistique qui permet aux élèves de s’investir et de pouvoir accéder par la suite à des notions plus théorique tout à fait indispensable.
Nous avons aussi soulevé la nécessité du dédoublement afin de maintenir un suivi individualisé pour chaque élève (notion très chère aux yeux de notre ministère ! )
En clair, nous avons exprimés à nos interlocuteurs toute la richesse pédagogique que nous développons depuis des années en LP au cœur de notre discipline.

L’exposé de nos revendications a aussi été présenté comme un moyen de mieux faire connaître cette discipline et la réalité de son exercice.

1) Pour la diversification des parcours de formation (CAP, BEP, BAC PRO 2 ans, BAC PRO 3 ans)

Le sujet a été abordé pour restituer les conditions de la diminution de nos horaires de moitié. Il n’a pas fait l’objet d’un développement spécifique aux arts appliqués mais a bien été évoqué comme une question pouvant être développée dans le cadre d’une revendication plus large, concernant tous les enseignements. Nous avons rappelé que nous contestions la généralisation du bac-pro 3 ans et que nous pensions que la création de véritables parcours diversifiés bac-pro 3 ans et cursus BEP + bac 2 ans étaient une piste qui n’aurait pas du être abandonnée. Comme nous expliquions qu’à l’occasion de la généralisation du bac-pro 3 ans c’était plus de 50% du temps de formation élèves qui était supprimé en Arts appliqués et autant de postes menacés, Mme Monlibert a tenté de contester ce chiffre. Pour elle, beaucoup d’élèves ne poursuivaient pas en bac et étaient satisfait parce qu’ils gagnaient une année de formation avec le BAC PRO 3 ans. Nous avons rappelé que cette appréciation ne valait que pour ceux qui n’allaient pas en Bac (et notamment parce que le ministère refusait d’ouvrir autant de bac que de BEP) mais que pour tous ceux qui étaient en bac 2 ans, c’est bien un enseignement de 6h d’arts appliqués qui étaient réduits à 3h sur le cursus.

2) Maintien des deux heures d’enseignement par an avec dédoublement des classes.

Nous avons détaillé la nécessité d’avoir 2h par semaine d’enseignement dans chaque classes et la création de dédoublements.

- pour permettre une réelle pratique et un temps de formation suffisant pour des nouveaux programmes et référentiels ambitieux,

- pour assurer des conditions de travail acceptables pour les enseignants (pas 18 classes par semaine),

- pour préserver les postes menacés.

Mme Monlibert a tenté d’expliquer et de légitimer la diminution de nos horaires de moitié par :

- le fait de ne pas surcharger l’emploi du temps de nos élèves, par des heures de cours supplémentaires.

- la souplesse accordée aux établissements à travers le volet de 152 heures sur 3 ans, à se distribuer entre disciplines.

Arguments développés par le collectif d’Arts appliqués :

Nous ne demandons pas d’augmenter les heures, nous demandons le maintien de ces heures et avons rappelé que dans le cadre du bac-pro 3 ans l’ensemble des disciplines connaissant une réduction horaire. 2h par classe ne surchargerait pas l’emploi du temps élèves

La répartition des 152 heures, opposent les disciplines entre elles au lieu de maintenir la cohérence entre les enseignements. C’est ainsi que nous avons indiqué que dans toutes les réunions de travail par discipline, les inspecteurs ont indiqué aux collègues « qu’il y avait des heures à prendre et qu’il fallait les exiger ». Cela interroge sur la conception de l’utilisation des moyens ou chaque discipline devrait voir ses besoins reconnus aux dépens des autres. Nous avons également rappelé que ces moyens n’étaient même pas arrivés dans les établissements, puisque les rectorats n’ont pas doté les établissements de l’ensemble des heures prévus par les nouvelles grilles.

Les arts appliqués (petite équipe dans les établissements) se voient rarement abonder d’une dotation supplémentaire.

3) Certification des arts appliqués au bac-pro.

Nous avons interrogé le ministère sur le fait que les conditions prévues pour la certification au bac-pro n’étaient toujours pas connues. Pire, des premières informations font craindre que celle-ci pourrait être un simple oral. Nous avons indiqué que la spécificité des arts appliqués nécessitait une épreuve pratique et d’être reconnue en tant que tel dans la certification.

Mme Monlibert nous a indiqué ne pas avoir les éléments sur cette question et nous répondra.

4) Les postes et la précarité.

Nous avons rappelé que selon nos estimations près d’un tiers des enseignants d’arts appliqués étaient des non-titulaires. Pour eux l’inquiétude de la réduction du temps de formation se doublait de la crainte du chômage. Dans le même temps, les postes aux concours des arts appliqués ne cessent d’être réduits. Outre l’augmentation du temps de formation qui permettrait de préserver l’emploi, la titularisation pour ces collègues s’impose.

Pas de réponse de Mme Montlibert

5) Les sections métiers d’art.

Non seulement, le temps de formation des arts appliqués est réduit dans les classes banales. Mais c’est aussi le cas dans les métiers d’art ou celui-ci fait partie de la pratique professionnelle. C’est ainsi que nous avons donné l’exemple de plusieurs formations où les heures d’arts appliqués en atelier passent de 5h à 1h. C’est la pérennité même de ces formations et l’avenir de ces métiers (plumassiers, costumiers…) qui est donc menacé.

Pas de réponse de Mme Montlibert

Pour clore la rencontre, nous avons exigé que des réponses nous soient réellement données et que soit entendue notre inquiétude pour l’avenir de l’enseignement des arts dans la voie professionnelle. Mme Monlibert, nous a assuré transmettre au ministre et que des réponses seraient données. Elle nous a donné son mail de contact.

Il nous appartient de continuer à nous mobiliser pour faire entendre nos exigences. Nous proposons de nous retrouver le 27 mai à 14h à la bourse du travail de Paris pour en discuter. Nous invitons tous les collègues à diffuser ce compte-rendu à l’ensemble des collègues et notamment dans les réunions des arts appliqués organisées par l’inspection

Pour s’inscrire à la liste de discussion des arts appliqués, envoyez un mail à arzaidf@free.fr

Signez l’appel pétition en cliquant sur l’image