Accueil > Actualités > Agir le 21 est plus que jamais nécessaire !

Actualités

Agir le 21 est plus que jamais nécessaire !

Communiqué de la FERC CGT après sa rencontre avec le nouveau Ministre de l’Education

lundi 20 juin 2005, par CGT Educ’Action 94

Dans le cadre des rencontres avec les organisations syndicales, Gilles de Robien recevait ce mercredi 15 juin, une délégation de la Ferc-Cgt. L’ensemble de l’échange a porté sur l’année écoulée qui a été marquée par les nombreuses actions menées par les personnels, les lycéens et les parents contre :

- la loi d’orientation pour l’école,
- les lois de décentralisation qui, dans nos secteurs d’activité, concernent le transfert des personnels TOS, mais aussi le CNDP,
- la loi d’orientation et de programmation pour la recherche et l’innovation
- la nouvelle gestion des carrières des personnels et les nouvelles formes d’évaluation et de notation qui l’accompagnent.

Si le ministre a semblé être attentif à nos propos, Gilles de Robien a été plutôt avare quant aux propositions de son ministère. Ainsi, au delà d’une relance de la concertation avec les organisations syndicales, le discours s’inscrit dans une certaine continuité.

- Loi sur l’école ; un report, pas une suspension.

Le ministre, après avoir rappelé qu’il n’était pas de son ressort d’intervenir contre les poursuites engagées vis à vis des lycéens, propose un nouveau « tour de table » sur les décrets concernant le Haut conseil, l’enseignement des langues, l’orientation, le PPRE, le soutien scolaire, le handicap, les bourses au mérite puisque, considère-t-il, au delà des moyens, « les objectifs de la loi sur ces aspects particuliers, peuvent être partagés ».

La Ferc-Cgt a rappelé son opposition à l’esprit du texte, à la fin du collège unique, par une pré-orientation à l’issue de la 4è voire de la 5è, à la conception d’un socle commun à minima, à la mise en place d’un conseil pédagogique...

Pourtant, tous ces points devraient être rediscutés d’ici le 14 juillet !

Quant aux autres aspects de la loi, les remplacements de courte durée - des expérimentations locales en amont des décisions du MEN pourront être réalisées - l’intégration des IUFM à l’Université..., ils s’inscrivent dans un processus de moyen terme, « un calendrier local de concertation et d’explication devant être élaboré ».

Si les Zep, les Rased et les SEGPA sont maintenus, un certain flou pèse sur les moyens dont ils disposeront. Quant aux TPE en terminale, le ministre fait état des 1 000 emplois qu’il faudrait pour les rétablir (sic).

Aucun collectif budgétaire n’est prévu pour la prochaine rentrée qui s’annonce donc difficile et la discrétion est de mise sur les orientations budgétaires pour 2006 alors que d’autres membres du gouvernement annoncent la poursuite des suppressions d’emplois.

- Cndp

Seul point acté par rapport aux demandes des personnels, la relance des négociations avec Mr Cervel sous un mois.

- Transfert des personnels TOS

Pour le ministre, il n’est pas question de moratoire, comme nous l’avons demandé, sur cet aspect de la loi sur les libertés locales. Ce transfert qui doit se poursuivre jusqu’en 2007, peut laisser place à des « bougés ».
Pour l’heure, une commission d’enquête est en cours pour étudier le coût de l’accueil par les collectivités territoriales.
Le ministère devrait rencontrer l’ARF et l’ADF sur les capacités d’accueil de ces collectivités territoriales.

- Recherche

La Lopri, poursuit son chemin et devrait être présentée devant le parlement au cours du 2e semestre 2005.
La Ferc-Cgt a réclamé l’ouverture de réelles négociations à ce sujet, « les fiches Monteil », contestées par les personnels, ne pouvant servir de base à cette loi.

Des questions nombreuses donc qui n’ont pas reçu de réponses dans le cadre de cette première rencontre. La Ferc-Cgt a renouvelé sa demande de mise à plat de ces différents dossiers. Elle restera vigilante au regard des évolutions en cours.

Montreuil, le 15 juin 2005