Accueil > Actualités > Communiqué des organisations syndicales de la Fonction publique

Actualités

Communiqué des organisations syndicales de la Fonction publique

1 MAI 2009

lundi 27 avril 2009, par CGT Educ’Action 94

Dans le prolongement des puissantes journées d’action des 29 janvier et 19 mars, les organisations syndicales de la Fonction Publique s’inscrivent pleinement dans l’appel interprofessionnel du 30 mars « à faire du 1er mai un nouveau temps fort de mobilisation pour peser sur le gouvernement et le patronat » et dans les mobilisations communes en cours.

Elles soulignent que pour la Fonction publique, le gouvernement persiste à refuser d’ouvrir de véritables négociations sur les demandes formulées par l’ensemble des organisations syndicales concernant les salaires, l’emploi public et les missions. Elles constatent au contraire la poursuite de la politique régressive du gouvernement, encouragé par le patronat, dans un contexte de crise qui appelle plus et mieux de service public tant pour les usagers que pour les personnels.

En cohérence avec l’appel interprofessionnel, elles appellent donc les syndicats et les personnels :

- à construire dès maintenant la journée de mobilisation du 1er mai, en poursuivant et amplifiant les mobilisations en cours auxquelles elles apportent leur soutien.

- à impulser des mobilisations sous des formes diversifiées, dans tous les territoires, en articulation avec les initiatives interprofessionnelles afin d’organiser les solidarités (motions, pétitions, rassemblements, manifestations, interpellations des préfets et des parlementaires,…).

Avec les personnels, elles continuent d’exiger :

- L’arrêt de la politique aveugle de suppressions d’emplois et un moratoire immédiat sur celles contenues dans le budget 2009,

- Le retrait des articles relatifs à « l’accompagnement financier des mobilités » , au « bénéfice de la réorientation professionnelle », à la « généralisation du cumul d’emplois à temps non complet » et au « remplacement et intérim » du projet de loi relatif à la mobilité

- Le retrait de projets porteurs de lourds reculs pour la population et les personnels, et qui se traduisent notamment par des délocalisations et des fermetures massives de services de proximité, et l’aggravation des conditions de travail,

Avec les personnels, elles demandent l’ouverture de négociations portant sur :

- L’augmentation significative de la valeur du point et la réévaluation de l’ensemble de la grille indiciaire pour améliorer la carrière des agents,

- Les moyens nécessaires à la pérennisation du financement des missions publiques en lieu et place de l’actuelle politique d’austérité imposée aux services de l’Etat, aux collectivités locales et aux établissements hospitaliers.

Face à la révision générale des politiques publiques (RGPP), elles rappellent leur détermination pour le développement de services publics de qualité, dotés de tous les moyens nécessaires pour répondre encore mieux aux besoins sociaux et de solidarité.

CGT - CFDT - FO - UNSA - FSU - SOLIDAIRES - CFTC - CFE-CGC


Les services publics c’est l’affaire de tous

- communiqué unitaire Fonction Publique - en version imprimable

Nos responsables répètent souvent que si les effets de la crise semblent moins dévastateurs en France que dans la plupart des autres pays, c’est que nous avons conservé des dispositifs sociaux qui contribuent à amortir ces effets : protection sociale solidaire, retraites par répartition et bien sûr services publics. Mais au lieu de renforcer ces services publics pour répondre encore mieux aux besoins sociaux, le gouvernement fait le choix de les affaiblir. La Révision Générale des Politiques Publiques qu’il impose à marche forcée va à l’encontre de l’intérêt des usagers, des citoyens et des personnels. Restructurations, externalisations, privatisations se multiplient sans souci de la qualité du service public et de son avenir.

Assez de suppressions d’emplois !

Comment faire plus et mieux avec moins de personnels, par exemple en matière de santé, d’éducation, de services sociaux… ? Partout les suppressions d’emploi remettent en cause l’efficacité et la qualité des services rendus. Les premières victimes en sont les usagers, notamment les plus fragiles.
Et en bout de chaîne ce sont soit des personnels recrutés à titre précaires soit des jeunes en fin de formation qui vont se trouver sans emploi.
Face à l’explosion du chômage, aucun employeur public, surtout pas l’Etat, ne doit esquiver ses responsabilités.

Une politique salariale ambitieuse !

Plus de cinq millions de personnes travaillent dans la Fonction Publique et leur pouvoir d’achat dépend directement de la politique salariale du gouvernement. L’Etat dispose ainsi d’un outil formidable pour une relance de la consommation et de l’économie.
Pourquoi ne pas s’en servir en ouvrant sans tarder des négociations ?

Qualité et efficacité ?

Il faut pour tous et sur tout le territoire des services publics de qualité, des services publics efficaces ! Mais la défense de l’intérêt général et des libertés, la lutte contre les inégalités, l’aménagement du territoire, la contribution au développement durable ne se mesurent pas au travers de critères strictement comptables ou au travers d’indicateurs parcellaires.
Evaluer la qualité et l’efficacité du service public doit se faire de façon globale et doit porter sur l’ensemble des missions qui lui sont confiées.

Le travail des agents n’a jamais cessé d’évoluer et il doit le faire encore !
Mais ce n’est pas l’individualisation accrue, la dégradation des conditions de travail ou le stress permanent qui garantiront la qualité du travail et la qualité du service rendu.
Au contraire, reconnaissance des qualifications, politique de formation dynamique et développement du travail en équipe doivent être mis en œuvre avec les personnels et dans le respect des missions de service public.

Malgré la crise, le gouvernement conserve une politique réductrice des services publics.

Le 1er mai, nous manifesterons aussi pour leur défense et leur développement. Le service public est l’affaire de tous.

Le 16 avril 2009