Accueil > Actualités > le point sur l’action

Actualités

le point sur l’action

courrier de Denis Baudequin, secrétaire général de l’Union Nationale CGT-Educ’Action

mardi 7 juin 2005, par CGT Educ’Action 94

Cher-e-s Camarades,

Au-delà des multiples questions que soulève l’après référendum, tant au plan social que politique, la CGT a réaffirmé l’importance pour toutes ses organisations, à partir de leur ancrage revendicatif, d’occuper pleinement le terrain syndical.

C’est d’ailleurs le sens d’une des décisions prises par notre congrès qui avait insisté sur la nécessité de poursuivre l’action contre la loi d’orientation, notamment par l’organisation d’une journée nationale en juin, ce qui serait une « bonne façon » de préparer une rentrée offensive.

La volonté de donner une dimension unitaire à cette décision nous a conduit à prendre des contacts avec nos partenaires.
Le moins que l’on puisse dire est que la situation n’est pas simple.

Une interfédérale prévue le 18 mai a été reportée à plusieurs reprises, d’abord à la demande de l’UNSA puis de celle du SGEN qui avait pourtant été à l’initiative de la seconde date.
Depuis, malgré des relances vis-à-vis des uns et des et des autres, nous n’avons pu aboutir.

Actuellement, l’heure est plutôt à l’attente de rencontres bilatérales avec le ministère. La seule initiative commune a consisté à demander la suspension du processus en cours concernant les décrets d’application.

Parallèlement, plusieurs échanges avec le SNES n’ont pas permis non plus de dégager des perspectives à court terme. Ses responsables ne s’inscrivent pas, dans l’immédiat, dans le schéma d’une journée d’action en juin. Tout au plus, invitent-ils les personnels à prendre des initiatives dans les établissements au travers d’interventions dans les conseils d’enseignement afin de préparer des actions à la rentrée.
Par contre, des sections académiques du SNES semblent vouloir aller plus loin que ce cadrage national en proposant, à l’instar de celle de Lille, des rassemblements le 15 juin.

Le ministère semble avoir interrompu la publication des projets de décrets d’application.
Nous n’avons toujours pas les textes sur les remplacements et les modifications statutaires. Les audiences particulières sur les décrets sont maintenues. Nous venons d’apprendre que les commissions spécialisées préparant le Conseil Supérieur de l’Éducation, qui devaient avoir lieu les 7 et 8 juin, sont reportées et les différents textes relatifs à la loi d’orientation retirés de l’ordre du jour du Conseil supérieur du 16 juin.
Le ministère a donc accédé aux demandes syndicales sans donner plus d’indications sur la nature de ses intentions que celle de « se donner du temps ».

Après un échange intégrant ces différentes données, et convaincu qu’il faut maintenir la pression, le Bureau de l’Union estime qu’il faut rester dans le « cadre » fixé par notre congrès, celui d’une journée de mobilisation d’ici la fin juin dont la Commission exécutive des 8 et 9 juin aura à définir les modalités.

Dans l’attente de vos réactions, nous vous adressons, Cher-e-s Camarades, nos salutations syndicales les meilleures.