Accueil > Actualités > EDUCATION : les SEGPA en danger, notamment à Champigny L’EXEMPLE DU COLLEGE (...)

Actualités

EDUCATION : les SEGPA en danger, notamment à Champigny L’EXEMPLE DU COLLEGE PAUL VAILLANT-COUTURIER

UL CGT Champigny et G.V CGT Educ Action 94

lundi 2 février 2009, par CGT Educ’Action 94

Les SEGPA (Sections d’Enseignement Général et Professionnel Adapté) sont des sections insérées dans les collèges destinées à des élèves en très grande difficulté. Parmi les originalités de cette structure, l’intervention conjointe d’enseignants du 1er Degré et du 2ème Degré pour l’enseignement général avec le début d’une pré-formation professionnelle réalisée par des professeurs de Lycée professionnel à partir de la 4ème.

Le cas particulier de la SEGPA du Collège Paul Vaillant-Couturier nous montre la tendance :

Cette SEGPA, ouverte en 1973, pouvait accueillir 2 classes de 16 élèves (maximum) par niveau 6ème, 5ème, 4ème, 3ème.
Ces 5 dernières années, sa capacité d’accueil a été divisée par deux et deux ateliers professionnels ont été fermés. Pourtant nous n’avons entendu nul part que la grande difficulté scolaire soit en recul…
Une nouvelle étape va être franchie. L’affectation en 6ème n’ayant été « que de 8 élèves » à la rentrée 2008, à la rentrée 2009, il ne sera mis à disposition que 8 places et il sera crée un double niveau en 6ème / 5ème.
Conséquence :

- Une fermeture supplémentaire de poste de Professeur des Écoles spécialisé est envisageable… Ces enseignants ont la même formation et les mêmes compétences, que ceux que le ministère supprime dans les RASED… faut-il plus de commentaires sur la manière dont le gouvernement considère la prévention la lutte contre l’échec scolaire ?

- La capacité d’accueil de la SEGPA en 6ème est passée en 5 ans de 32 élèves à 8 élèves… les élèves existent toujours, où sont-ils ? Dans les classes 6ème banales du collège, qui ne sont pas adaptée pour prendre en charge de façon optimum ces élèves… deux ou trois élèves « qui pourraient être en SEGPA » isolés au milieu d’une classe de 23/27 élèves comment voulez-vous qu’ils poissent vaincre leur « grande difficulté scolaire »

- Cette création de 6ème/5ème classe double niveau en SEGPA (une première dans l’Académie) est un véritable mépris pour ces élèves. Tous les textes officiels stipules que les élèves de SEGPA sont des collégiens et que leur programme est celui des classes de collège mais adapté… Jamais on ne laisserait mettre en places des classes de collèges à double niveau, alors pourquoi les créer dans les SEGPA ? La réponse est trop simple ! La SEGPA est un outil éducatif qui coûte cher, elle ne sert aux élèves en difficultés qui ne seront jamais l’élite de la nation, certain doivent penser que c’est de l’argent mal placé.

Aujourd’hui la SEGPA, demain le Lycée Professionnel.

A la suite de la SEGPA les élèves vont le plus souvent en Lycée Professionnel pour préparer un CAP et, éventuellement, accéder par passerelle aux autres formations professionnelles. Depuis quelques années le ministère fait pression pour que la pré formation professionnelle soit vidée de son contenu, notamment en interdisant aux Professeurs de Lycée Professionnel d’utiliser les machines autorisées en lycée professionnel ! Vider la SEGPA d’une de ses spécificités et la vider de ses élèves, inutile de préciser le but recherché ! C’est une filière de formation SEGPA/Lycée Professionnel qui est détruite, il n’y aura pas que des conséquences sur le collège.

La situation départementale (en gras, les collèges présents sur le territoire de L’Union Locale de Champigny)

Sur les 26 SEGPA du 94...

- 9 sont touchées par des suppressions de divisions, soit plus d’une sur 3 - cela correspond à 100 places en moins pour l’accueil des 6e relevant de ces sections.

- quatre SEGPA n’auront plus ni 6ème ni 5ème (Louis Pasteur à Créteil , Chevreul à L’hay les roses, Desnos à Orly, Les Prunais à Villiers )

- cinq SEGPA auront une 6ème/5ème à double niveau (rappel : officiellement, le programme des SEGPA est celui du collège) - Musselburgh à Champigny, Paul Vaillant Couturier à Champigny
Nicolas de Steal à Maison Alfort, Rabelais à St Maur, Jules Valles à Choisy le roi.

Pendant ce temps, on dépense 200.000 euros pour faire une opération de Coaching envers les élèves de SEGPA pour valoriser l’image de celles-ci et de leurs élèves et L’inspection académique fait aussi travailler les directeurs de SEGPA sur une plaquette pour valoriser cette structure et prépare une grande exposition !

Nous sommes bien dans la politique gouvernementale.

La main gauche, le coté Bling Bling du Prédisent : « les élèves, ils sont comme les autres, d’ailleurs, vous le voyez, on fait une grande exposition avec inauguration et tout, y’aura même des photos ! »

La main droite, la réalité du ministère des finances : la dictature normalisée du taux d’encadrement qui débouche sur la chasse aux postes ! Ce n’est plus l’enseignement qui s’adapte aux élèves, ce sont les élèves qui doivent s’adapter aux capacités financières de l’Académie.

La dégradation organisée de l’Education Nationale ne laisse aucun secteur de coté .