Accueil > Actualités > Métier d’enseignant : Pas de revalorisation en vue, bien au contraire (...)

Actualités

Métier d’enseignant : Pas de revalorisation en vue, bien au contraire !

Communiqué de la CGT-Educ’action

lundi 26 janvier 2009, par CGT Educ’Action 94

Xavier Darcos doit s’exprimer aujourd’hui sur son plan d’action 2009.

Il concernerait la revalorisation de la condition enseignante, sujet qui remet au goût du jour le rapport Pochard, auquel le ministre n’a jamais donné de prolongement officiel, privant les partenaires sociaux encore une fois de tout dialogue social avec l’institution.

Il apparaît que les premières annonces dans la presse, confirment les mesures « managériales » que le ministre, sur lettre de mission du chef de l’Etat, veut imposer aux personnels.

Ces mesures ne nous trompent pas, il s’agit de faire porter les suppressions d’emplois massives et l’absence d’une politique de recrutement prospective par de nouvelles dégradations des conditions de travail des personnels.

Quant à l’annonce de création de médiateurs de la réussite scolaire, pour traiter l’absentéisme scolaire, c’est encore une décision au moindre coût de recrutement temporaire de personnels non formés, aux missions mal définies, à la différence de celles assurées par les MI/SE et sans aucun pouvoir d’initiative : l’éducation nationale ne souffre pas d’un manque de « grands frères dans les écoles » mais bien de suppressions massives de personnels de vie scolaire stables (notamment conseillers principaux d’éducation).

S’il s’agit de rendre l’emploi plus flexible, d’imposer plus encore de polyvalence notamment disciplinaire, de remettre en cause les règles de recrutement, d’affectation, d’évaluation et d’avancement pour laisser la place à l’arbitraire, au mérite et à l’obligation de rentabilité du service public, ce n’est pas acceptable.

Si l’augmentation de la rémunération est axée sur le principe d’heures supplémentaires et d’indemnités dont le versement serait conditionné à une multiplication des tâches et de la présence dans les établissements, ce n’est pas ce que les personnels attendent.

La proposition de réelle revalorisation salariale que nous ne concevons pas sans une revalorisation indiciaire, est incontournable.

Devant cet ensemble de projets négatifs dont plusieurs écornent sérieusement le statut général de la Fonction publique, la CGT avec les enseignants appellent à « aller chercher » leur revalorisation eux-mêmes en l’imposant, par le développement de leurs actions, en particulier par la grève : le jeudi 29 janvier.