Accueil > Actualités > Le 29 janvier : c’est tous ensemble qu’il faut lutter !

Actualités

Le 29 janvier : c’est tous ensemble qu’il faut lutter !

Tract CGT Educ Action

lundi 26 janvier 2009, par CGT Educ’Action 94

Un appel historique

Enfin, les huit confédérations et fédérations syndicales sont d’accord pour agir dans l’unité ! Salariés du privé, du public, demandeurs d’emploi, retraités… tous ensemble, le jeudi 29 janvier.
C’est la première occasion depuis très longtemps d’une véritable convergence de luttes. Dores et déjà, les organisations syndicales prévoient de lui donner des suites rapprochées, si besoin, sur l’ensemble des revendications suivantes...

Depuis plusieurs mois au sein des entreprises, des établissements publics, dans l’Education Nationale... nous sommes mobilisés refusant de
payer les conséquences d’une crise dont nous ne portons pas la responsabilité. La crise financière et économique menace l’avenir de tous et en particulier des jeunes, met à mal la cohésion sociale et les solidarités, accroît les inégalités et la précarité.

La crise, c’est eux ; les réponses c’est nous !

Les besoins de la société sont considérables et les moyens humains et financiers pour y répondre aussi. Alors qu’est-ce qui bloque pour relancer le pays ?
Maintenant, presque tout le monde le reconnaît : la relance économique passe par celle de la consommation des ménages et l’investissement
public.

Pour la CGT, un changement urgent de politique économique et sociale ainsi que l’ouverture de négociations sérieuses s’imposent.

Tous ensemble pour :

- Défendre l’emploi privé et public,
- Lutter contre la précarité
- Exiger des politiques de rémunérations assurant le maintien du pouvoir d’achat et réduisant les inégalités,
- Défendre du cadre collectif et solidaire de la protection sociale,
- Développer un service public de qualité et adapté aux besoins sociaux, en particulier dans l’Éducation nationale.

Défendre la qualité du service public !

Il est impératif d’arrêter les hémorragies d’emplois publics et d’ imposer un moratoire, dès le budget 2009, permettant restitution et création
d’emplois à hauteur des besoins. Nous revendiquons les moyens de pérenniser le financement des missions publiques, le retrait de
projets porteurs de fermetures massives de services de proximité, d’aggravation des conditions de travail, parmi lesquels la RGPP et le projet de Loi sur la mobilité.

Nous exigeons l’ouverture urgente de négociations salariales afin d’augmenter significativement la valeur du point d’indice et de réévaluer la grille indiciaire.

D’autres choix en matière d’Education

Depuis la rentrée, élèves, personnels, lycéens, parents sont mobilisés contre les mesures régressives dans l’Education. Cela a permis d’obtenir, en décembre, un premier recul de X. Darcos sur sa réforme du lycée, puis un deuxième annonçant qu’il renonçait à « sédentariser » une partie des RASED..., mais sans revenir sur les suppressions de postes !

Au-delà d’un simple report, il s’agit de parvenir aujourd’hui à une remise à plat de toutes les réformes en cours d’élaboration ou d’application.
Sarkozy, lors de sa cérémonie des voeux, annonce qu’il reprend la main sur l’Ecole, de la maternelle au lycée, et veut ouvrir des consultations sur les mêmes bases que les projets Darcos rejétés par la majorité des personnels et de leurs organisations syndicales.

La CGT éduc’action appelle les personnels à se mobiliser sur les questions de l’Éducation dans le cadre d’un véritable dialogue social.

Elle exige :

- La révision de l’ensemble du projet sur le lycée respectant l’identité respective des voies
générale et technologique, intégrant une nouvelle réflexion globale sur la voie professionnelle.
- La mise en place d’une nouvelle organisation pédagogique de l’Ecole, intégrant l’ensemble
des besoins au sein de la classe et excluant toute externalisation du soutien hors temps scolaire.
- La restitution et l’amélioration des moyens attribués aux RASED.
- L’abrogation du SMA dans le premier degré et le respect des droits syndicaux.
- Une politique prospective du recrutement et de la formation des maîtres.

Pour gagner sur l’ensemble de ces revendications, privé / public, c’est tous ensemble qu’il faut se retrouver le 29 janvier.