Accueil > Actualités > Tous ensemble pour défendre et développer le bien public

Actualités

jeudi 26 mai à 10 heures devant la Préfecture

Tous ensemble pour défendre et développer le bien public

pour un service public efficace garantissant l’égalité de traitement, la continuité des services, la démocratie

mardi 24 mai 2005, par CGT Educ’Action 94

Le service public le bien de tous

Les services publics en France comme en Europe portent dans les conditions historiques spécifiques de chaque nation des valeurs fondamentales telles l’égalité, la solidarité, la citoyenneté.
Leur rôle est primordial dans les réponses aux besoins vitaux, dans la réduction des inégalités et de l’exclusion, dans l’exercice des droits fondamentaux de la personne.
La continuité de service, l’égalité d’accès, la capacité d’adaptation, l’efficacité à long terme, la fourniture gratuite ou au moindre coût en constituent le socle.
Les services publics : eau, assainissement, gaz, électricité, transports, télécom-munications, La poste appelés services publics de réseaux mais aussi les autres services publics, tels ceux de la santé, de l’éducation, de sécurité ou de proximité comme la fonction publique territoriale sont indispensables au bien-être des populations et de chaque individu.

La privatisation de services, n’est bonne ni pour l’industrie, ni pour les services publics, ni pour la démocratie. elle n’est bonne que pour les marchés financiers.

Les entreprises publiques n’appartiennent ni à leurs agents ni leur à leurs directions ni au gouvernement. Elles sont la propriété de la nation donc des salariés, des citoyens.
Chaque salarié, chaque citoyen a la responsabilité d’intervenir et d’agir pour leur défense et leur développement !
Le service public au service de l’intérêt général

L’offensive libérale, en France et en Europe, menée depuis vingt ans vise à soumettre toute activité humaine aux critères de la rentabilité financière maximale.

Les théories libérales qui se concrétisent par les déréglementations et privatisations ont déjà montré dans certains pays, mais également en France, toutes les nuisances et les dangers :
Accidents, faillites, ruptures de service, développement de la précarité, jalonnent le passé récent du rail britannique, de l’électricité californienne en passant par "Enron et Worldom" ou "British énergie". C’est bien la démonstration de l’incapacité des critères du profit à organiser rationnellement les secteurs relevant des biens spécifiques que sont les services publics !

L’Europe telle qu’elle a été bâtie a cherché à promouvoir partout une politique de libéralisation qui est loin d’être achevée ; que ce soit dans le rail, les transports, le cheminement du courrier, la fourniture d’énergie, la santé... En France, cela se traduit par la privatisation du transport aérien, France Telecom où de grandes lacunes touchant les usagers apparaissent déjà. C’est également le pillage organisé du fret SNCF par les transporteurs routiers privés ce qui a très court terme entraînera des milliers de camions supplémentaires sur les routes au détriment de la qualité de la vie, de la sécurité routière et de l’entreprise nationale.

Le culte du profit financier maximum s’attaque à l’ensemble des services publics comme c’est le cas dans les hôpitaux. Les mesures budgétaires draconiennes visant l’institut Gustave Roussy, centre de lutte contre le cancer prévoient d’ici 2008 la suppression de 176 postes de soignants, médecins, chercheurs, administratifs, physiciens, techniciens, la diminution du nombre de traitements innovants jugés trop coûteux, la sous-traitance de l’hôtellerie et de la restauration... Etc.

Cela se traduit également par la fermeture de Centres de Sécurité Sociale, la réduction d’effectifs à La Poste, dans la fonction publique territoriale, autant de services publics de proximité par excellence qui ne sont pas épargnée...

Tous ensemble : Pour défendre et développer le secteur public

Il est évident que les entreprises publiques, comme la fonction publique ont besoin de se transformer.
Les technologies évoluent, l’environnement social et institutionnel se transforme laissant apparaître de nouveaux besoins. Les problèmes de financement deviennent aigus du fait que l’actionnaire public n’apporte pas les moyens nécessaires.
C’est aux usagers d’exprimer leurs besoins et aux populations de faire des choix en toute connaissance et transparence.
Les agents des entreprises publiques et de la fonction publique ont leur mot à dire !

Des services publics solidaires
Les usagers et les agents des entreprises publiques et de la fonction publique sont privés de leur droit de propositions et de décision comme nous pourrions l’attendre d’une « démocratie moderne . »
La CGT appelle l’ensemble des salariés à participer à un rassemblement le 26 mai 2005 à 10 heures devant la préfecture du Val-de-Marne.

Pour des services publics efficaces

Nous avons besoin d’un service public qui favorise l’emploi industriel et la recherche.
Nous avons besoin d’un service public qui développe et qui garantisse le droit à la santé, le droit d’être soigné quels que soient nos revenus : oui c’est plus d’argent qu’il faut pour les hôpitaux publics !
Sans services publics, pas de réduction de la fracture sociale !

Développer les services publics :

- C’est investir dans le transport ferré (voyageurs et marchandises).
- C’est un réseau dense de transport en Ile de France répondant au besoin de la population.
- C’est le droit à l’énergie
- Le droit au transport.
- Le droit à la communication.
- L’urgence de mesures concrètes pour l’Education Nationale

Ensemble nous pouvons infléchir cette politique libérale
tant voulue par le gouvernement et le medef.
Une société moderne est une société qui s’appuie
sur le travail de tous pour le bien de tous !