Accueil > Actualités > Oui aux revendications des salariés ! Non aux exigences des actionnaires (...)

Actualités

Oui aux revendications des salariés ! Non aux exigences des actionnaires !

Communiqué de la FERC CGT

jeudi 20 novembre 2008, par CGT Educ’Action 94

La crise économique qui démarre, résultant des pratiques exacerbées de spéculations couvertes par les politiques libérales des pays les plus riches, frappera durement dans les mois à venir l’emploi, le pouvoir d’achat et la protection sociale de la population.

Depuis des années, pour favoriser les profits immédiats, les entreprises ont travaillé à réduire le plus possible le coût salarial, en supprimant des emplois, en les précarisant, en pressurant les salaires : toutes mesures qui obèrent la consommation et ont favorisé un développement démesuré du recours aux crédits par la population.

La redistribution des richesses n’a favorisé que les actionnaires au détriment de la part salariale.

Cette même politique a été mise en place par le gouvernement de notre pays comme des autres états membres de l’UE, à l’encontre des budgets publics et des services publics. Elle, a participé et participe encore à mettre en place les conditions de la crise économique alors même que la crise appelle au renforcement des Services Publics.

Par exemple, nos secteurs, Education, Formation, Recherche, Culture se trouvent confrontés à la RGPP avec ses dizaines de milliers d’emplois supprimés et des compressions budgétaires.

Par exemple, les agents publics de l’Etat ont perdu 9% de leur pouvoir d’achat depuis 2000.

Par exemple, les attaques contre les retraites par répartition pour favoriser le développement des retraites par capitalisation.

L’ensemble des salariés actifs et retraités du privé comme du public sont amenés à supporter les conséquences de la logique capitaliste (subprimes, hedge funds, paradis fiscaux, etc), comme les frasques boursières ! C’est inadmissible !

Pour ces raisons, la FERC CGT appelle les personnels actifs et retraités à s’engager dans la semaine d’actions interprofessionnelles du 24 au 30 novembre et participer massivement aux initiatives du mercredi 26 pour créer un temps fort dans tout le pays.

Un préavis de grève a été déposé en ce sens.