Accueil > Vos droits > Premier degré à Ivry sur Seine : Motion présentée par les syndicats enseignants (...)

Vos droits

Premier degré à Ivry sur Seine : Motion présentée par les syndicats enseignants Snuipp, FO, CGT, SGEN, UNSA et la FCPE

mercredi 22 octobre 2008, par CGT Educ’Action 94

Considérant que :

- La suppression de deux heures d’enseignement par semaine, soit 1 demi année sur l’élémentaire constitue une atteinte grave aux besoins des élèves en matière d’enseignement, tant quantitatif que qualitatif. Par ailleurs la suppression des deux heures d’enseignements et la mise en place des deux heures de soutien hors temps scolaire va à l’encontre de l’avis de tous les professionnels, les spécialistes de l’enfant à l’école et de l’enfance en général.

- Tous s’accordent à dire que la lutte contre l’échec scolaire ne peut s’effectuer en appliquant de telles mesures. Tous s’accordent à dire que le taux d’échec scolaire sera en inflation. Il touchera de nouvelles populations d’élèves et aggravera le taux d’échec au collège et au lycée ;

- Tous s’accordent à dire aussi que les enseignants ne sauraient se substituer aux actions du RASED seul réseau spécialisé pour lutter efficacement contre l’échec scolaire. Pourtant, les RASED seront
amputés de leurs enseignants spécialisés contre l’échec scolaire (3 000 postes seront supprimés à la rentrée 2009) !

- La suppression du samedi matin rend plus difficile le nécessaire contact entre les parents et les enseignants ;

- La mise en place de l’aide personnalisée a été imposée sans aucune concertation ni avec les enseignants ni avec les parents. Seuls deux syndicats ne représentant pas la majorité ont signé avec le Ministre de l’Education Nationale ;

- L’attribution d’heures supplémentaires pour les enfants en difficulté est de fait totalement inégalitaire puisque tous les élèves ne bénéficient donc plus du même nombre d’heures d’enseignement ;

- Aucun moyen réel n’a été proposé aux enseignants pour remédier à l’échec scolaire puisqu’aucun diagnostic profond n’a été réalisé ;

- Les élèves en difficulté se trouvent placés dans une situation qui les stigmatise.

Considérant enfin :

- Qu’un enfant est une personne en devenir, qu’il serait contraire à son bien-être de lui imposer les contraintes de temps et de rythme des adultes ou ceux de la société ;

- Qu’un enfant ne peut apprendre que s’il est respecté dans ses rythmes de vie et d’apprentissages, qu’il a besoin de jouer et de se divertir.

Nous nous opposons donc à la mise en place de l’aide personnalisée puisqu’elle ne constitue pas de par toutes les raisons énoncées, un outil efficace de lutte contre l’échec scolaire. Elle peut même constituer une nouvelle forme de maltraitance institutionnelle.

Nous réaffirmons que les besoins et attentes de chaque élève en matière d’enseignement doivent être traités sur un même temps scolaire, afin de garantir l’égalité de leurs droits.

Nous exigeons le maintien des aides spécialisées proposées par le dispositif des RASED et ses trois catégories de professionnels titulaires de diplômes spécifiques (maître E, rééducateur et psychologue
de l’Education Nationale).

Nous exigeons l’abandon de la suppression des 3 000 postes et l’abrogation des projets de réformes Darcos.

Ivry-sur-seine le 8 novembre 2008


Parents, citoyens, exigeons de vrais moyens pour aider nos enfants,
signez notre pétition !

Considérant que :

- suppression de deux heures d’enseignement par semaine, soit 1 demi année sur l’élémentaire constitue une atteinte grave aux besoins des élèves en matière d’enseignement, tant quantitatif que qualitatif ;

- suppression du samedi matin rend plus difficile le nécessaire contact entre les parents et les enseignants ;

- mise en place de l’aide personnalisée a été imposée sans aucune concertation des enseignants et des parents ;

- cun diagnostic n’a été fait sur les raisons de l’échec scolaire de près de 150 000 élèves ;

- aucune méthodologie n’a été proposée aux enseignants pour remédier à l’échec scolaire ;

- aucun dre n’a été proposé pour la mise en place des heures d’aide personnalisée mettant en avant l’intérêt de l’enfant en terme de rythmes ;

- attribution d’heures supplémentaires pour les enfants en difficulté est de fait totalement inégalitaire puisque les élèves ne bénéficient donc plus du même nombre d’heures d’enseignement ;

- les élèves en difficulté se trouvent placés dans une situation qui les stigmatise ;

- les contraintes horaires ne permettent pas d’envisager un programme efficace et cohérent à l’échelle de toutes les écoles ;

- les enseignants ne peuvent se substituer aux actions des enseignants spécialisés qui oeuvrent au sein du RASED qui encore cette année a été largement amputé de nombreux postes (3000 postes postes “Rased” seront supprimés à la rentrée 2009 !).

Nous nous opposons à la mise en place de l’aide personnalisée puisqu’elle ne constitue pas de par toutes les raisons énoncées, un outil efficace de lutte contre l’échec scolaire.

Nous réaffirmons que les besoins et attentes de chaque élève en matière d’enseignement doivent être traités sur un même temps scolaire, afin de garantir l’égalité de leurs droits.

Nous exigeons le maintien des aides spécialisées proposées par le dispositif des RASED et ses trois catégories de professionnels titulaires de diplômes spécifiques (maître E, rééducateur et psychologue de l’éducation nationale).

Nous exigeons l’abandon de la suppression des 3 000 postes et L’ABROGATION DES PROJETS DE RÉFORMES DARCOS.

Syndicats enseignants et FCPE

Téléchargez les documents et signez la pétition papier !