Accueil > Vos droits > Ecole le mercredi l’an prochain ? Passage en force, autoritarisme (...)

Vos droits

Ecole le mercredi l’an prochain ? Passage en force, autoritarisme intitutionnel et ignorance de l’enfance ?

Mobilisation et rapport de force : tous en grève le 7 octobre et dans la rue le 19 !

vendredi 3 octobre 2008, par CGT Educ’Action 94

Dans son appel à la grève avec Sud Education le 19 septembre ou dans son appel à la grève pour le 7 octobre, la CGT Educ Action 94 dénonçait déjà les projets de l’inspection académique 94 sur sa volonté de mettre en place une nouvelle organisation, nouvelle organisation de l’école en faisant classe le mercredi ....

Décision unilatérale, sans concertation et discussion avec les parents, les enseignants, chercheurs en pédagogie, en chronobiologie et l’ensemble des professionnels de l’enfance ( médecins, psychologues, pédopsychiatres, chercheurs en sciences humaines et sociales....).... dénoncée par les parents d’élèves élus de la FCPE et par les syndicats enseignants ! Décision unilatérale qui acte, à nouveau, la fin de la prise en compte de la personne en devenir qui est l’enfant ... comment il apprend, comment il fonctionne ! Qui acte, à nouveau, le mépris pour les enseignants et les élus des parents d’élèves car contrairement à ce qui est dit, point de concertation !

La CGT Educ Action 94 dénonce à la fois les méthodes, le fond et la forme ! La CGT Educ Action 94 dénonce encore une fois le déni de l’enfant, de l’enfance ! Il est à nouveau pris pour un objet, tout comme le sont les enseignants et les familles !

Elle dénonce le mépris institutionnel qui lui est fait, à lui sa famille ... aux enseignants... pédagogues ...l’institution veut-elle fabriquer de nouvelles pathologies institutionelles ? N’y en a-t-il pas assez comme cela ? C’est l’inflation de la pathologie institutionelle !

Contrairement à ce qui est annoncé, le rythme chronobiologique des élèves ne sera certainement pas respecté si l’école se fait le mercredi et tous les autres jours et ce d’autant plus que la journée ne sera pas plus courte qu’avant ! ( voir article du Parisien) ! Lire absolument ou relire au sujet des rythmes bilologiques de l’enfant apprenant : Semaine des 4 jours, aménagement du temps scolaire, réforme, apprentissage et rythme biologique aménagement du temps scolaire ! Compte rendu FCPE 94 sur la Conférence-débat mardi 23 octobre 2007
à la maison des syndicats Michel-Germa

Contrairement aux annonces et effets d’affichage, ce n’est pas pour l’enfant, son bien être ou pour lutter contre l’échec scolaire que ces décisions sont prises, nous le savons ! Les raisons économiques priment sur l’avenir de l’Ecole, celle de l’élève, des enseignants .....

Les conditions d’enseignement, conditions de travail seront encore plus agravées !

L’enfant, ce "père de l’homme" pour l’ami Freud, risque d’être rapidement en danger ! L’école, laïque et publique l’est déjà ! La CGT Educ Action 94 l’a dénoncé dans plusieurs communiqués de presse !

Pourquoi supprimer des postes d’enseignants, supprimer les RASED, augmenter le nombre d’élèves par classe, supprimer 2 heures d’enseignement, pourquoi faire des programmes scolaires qui ne seront porteurs que de plus d’exclusions, remettre en cause la maternelle et dans un même temps construire de plus en plus de prisons pour enfants ( EPM), réformer l’ordonnance de 45 et anéantir la protection de l’enfance comme tous les autrs services publics ?

Quels choix politiques sont réalisés actuellement ? Pourquoi ?

Nous devons nous mobiliser, créer un rapport de force très fort afin de nous imposer ! Nous ne devons plus subir ou nous soumettre !

Organisons nous !

Tous en grève le 7 octobre, tous dans le rue le 19 octobre !


- Voir sur le site de l’Observatoire des Zones Prioritaires (OZP) : ICI

- Voir conférence du CRAP sur les rythmes de l’enfant avec A. Prost et H. Montagner :

- Voir l’expresso du 3 octobre : ICI

- Voir article du Professeur Montagner : Les rythmes scolaires sont-ils adaptés aux besoins des enfants ? ( site du Café Pédagogique)

- Voir "La semaine de 4 jours, une très mauvaise organisation de rythmes scolaires " sur le site du Café Pédagogique

- Voir : Hubert Montagner, Le Président de la République et son gouvernement n’aiment pas les enfants. Y a-t-il une place pour l’enfant dans la société française ?


- Extrait de l’article du Parisien du 2 octobre 2008 : Et maintenant, l’école le mercredi ?

L’école le samedi, c’est fini, depuis cette rentrée. Pour tout le monde. L’uniformisation nationale n’aura pas duré longtemps. Pour des milliers de parents de banlieue parisienne, il va peut-être falloir s’habituer à renoncer à la grasse matinée des enfants… le mercredi, dès la rentrée prochaine ! Un an à peine après la décision ministérielle de supprimer les cours du samedi, l’académie de Créteil s’apprête en effet à expérimenter, à la rentrée 2009, une nouvelle forme de semaine de cinq jours, avec travail le mercredi !

L’idée de cette nouvelle organisation a été dévoilée en début de semaine par l’inspection académique aux directeurs d’écoles en ZEP du Val-de-Marne.

Un département qui devrait tester ainsi ce que le syndicat national des instituteurs (Snuipp) craignait à mots couverts, déjà avant l’été. Alors qu’ils recensaient les difficultés à mettre en place les deux heures de soutien dégagées par le passage de vingt-six à vingt-quatre heures de cours, les enseignants de certains départements s’étonnaient d’avoir déjà eu cette suggestion de leurs inspecteurs : pourquoi ne pas travailler le mercredi ? ( lire la suite...)

- Voir l’extrait de la dépêche Afp du 3 octobre 2008 et lire la dépêche :

Ecole le mercredi matin : enseignants et parents dénoncent un "forcing" dans le Val-de-Marne

Des syndicats d’enseignants et les parents d’élèves FCPE du Val-de-Marne ont dénoncé jeudi un "forcing" de l’Inspection d’académie pour voir les heures de cours des écoliers réparties sur cinq jours à la rentrée prochaine, avec le mercredi matin travaillé.

Le rectorat de l’académie de Créteil a de son côté rejeté toute idée de "forcing", affirmant souhaiter qu’il y ait "une réflexion cette année" sur le choix des rythmes scolaires.

Il a aussi rappelé que l’arrêté précisant la réforme du primaire, publié en juin, indiquait que les écoles pouvaient choisir entre quatre jours et quatre jours et demi avec le mercredi matin.

En terme de rythmes scolaires, l’école le mercredi matin permettrait d’alléger le nombre d’heures de classe des lundi, mardi, jeudi et vendredi.

Dans un entretien au Parisien jeudi, l’Inspecteur d’académie du Val-de-Marne, Didier Jouault, déclare que le mercredi travaillé "est une mesure à laquelle (il) tient beaucoup car (il) pense qu’elle peut améliorer le rythme de travail des élèves".

Mais "rien ne se fera sans l’accord des maires", ajoute-t-il.

Or, pour Alain Buch, président de la FCPE-94, "l’Inspection d’académie fait le forcing auprès des maires sur le mercredi matin travaillé".

Ce que confirment Hélène Houguer, secrétaire départementale du SNUipp, principal syndicat d’enseignants du primaire, qui parle de "marche forcée", et Valérie Bouzignac, de la CGT Educ’Action. ( lire la suite)

Extrait de l’article du Parisien 94 avec Afp du 03/10/08,
par A.L Abraham :

L’école le mercredi matin inquiète les parents : QUAND je l’ai appris, j’ai immédiatement écrit au maire de Créteil pour lui signifier mon opposition. Et je compte même faire circuler une pétition… » Ambiance électrique à la sortie de l’école élémentaire Félix-Eboué à Créteil. Comme bon nombre de parents d’élèves, Sarah, dont la fille est en CE 2, a appris hier que l’inspecteur d’académie souhaitait la mise en place d’un nouveau rythme scolaire pour l’année prochaine.

« C’est une journée où l’on se repose »

« Une hypothèse de travail », selon le rectorat qui concernerait les trois départements : Val-de-Marne, Seine-et-Marne et Seine-Saint-Denis.
A savoir : la fin des cours à 15 h 40 les lundi, mardi, jeudi, vendredi… et la classe de 9 heures à midi le mercredi. Un pavé dans la mare qui fait vivement réagir les parents : « Le mercredi, c’est une coupure dans la semaine, reprend Sarah. C’est une journée où l’on se repose, où l’on fait des activités à notre rythme. Se lever tôt toute la semaine, c’est trop ! »

Autre inquiétude : comment faire pour aller chercher son enfant à 15 h 40 quand on termine à 16 h 15 ? L’inspecteur d’académie a précisé que les parents qui ne pourraient pas aller chercher leurs enfants auraient la possibilité de les inscrire à des activités gratuites dans le cadre de l’accompagnement éducatif : soutien scolaire, activités sportives ou culturelles. Une idée qui ne déplaît pas à Inès, 8 ans : « Moi, ça me dirait bien de faire du théâtre. » « C’est une bonne idée, poursuit Patrick, papa d’un petit garçon en CP, mais ça allonge le temps de présence à l’école. Comme je ne pourrai pas aller le chercher à 15 h 40, je crains d’être obligé de l’inscrire à ces activités et de ne pas pouvoir le récupérer quand je le souhaite. »

L’inspecteur parle quant à lui de « temps modulable ». Pour le principal syndicat enseignant du primaire, le Snuipp-FSU et la CGT-Educ’Action, il s’agit d’un « forcing ». ( Lire la suite)