Accueil > Actualités > Aucune sanction contre notre collègue Rodolphe Juge, ni pénale, ni (...)

Actualités

Aucune sanction contre notre collègue Rodolphe Juge, ni pénale, ni administrative Respect du droit syndical, du droit de grève et de manifester

Rassemblement le 24 septembre à 9h00 devant le Palais de justice de Paris pour soutenir Rodolphe Juge

mardi 23 septembre 2008, par CGT Educ’Action 94

Rassemblement intersyndical le 24 septembre à 9h00 devant le palais de justice de Paris

Un préavis de grève national couvrant tous les corps est déposé pour participer au rassemblement

La pétition de soutien (plus de 4 200 signatures) peut être signée sur le site internet de la CGT Educ Action Créteil : ICI


Communiqué de presse FERC-CGT et CGT-Educ’action :

Le 3 avril dernier, Rodolphe Juge, enseignant au Lycée Denis Papin à la Courneuve, était arrêté alors qu’il encadrait une manifestation lycéenne à Paris contre les suppressions de postes.

La mobilisation des personnels, des syndiqués a permis dans un premier temps le report du jugement.

Aujourd’hui, il s’agit de se mobiliser à nouveau pour s’opposer à l’arbitraire des forces de l’ordre, à la répression syndicale.

La Ferc-Cgt, l’Unsen – Cgt appellent les salariés, les syndiqués à signer la pétition (http:// www.cgteducreteil.org/spip.php ?article1248 ) et à soutenir massivement notre camarade le 24 septembre prochain à 9 heures devant le Palais de Justice de Paris.

Montreuil, le 9 septembre 2008


CGT-Educ’action IDF, SNPEFP-CGT IDF, SNUEP-FSU IDF, SN-FO-LC IDF, SUD-Education Créteil-Versailles, SGEN-CFDT Créteil, CNT IDF, SUNDEP Créteil

Aucune sanction contre notre collègue Rodolphe Juge, ni pénale, ni administrative

Respect du droit syndical, du droit de grève et de manifester

Rodolphe Juge, enseignant stagiaire de maths-sciences, aurait dû être titularisé suite à l’avis positif de l’IUFM… mais son dossier a été retiré, en catimini, juste avant l’examen de la commission le 4 juillet 2008. Le report de l’examen de sa titularisation à la prochaine réunion du jury… en décembre 2008 s’explique par l’intervention expresse du recteur de Créteil quelques jours après avoir décidé de suspendre Rodolphe pendant 4 mois ! Le recteur, par ses décisions, fait fi du principe de la présomption d’innocence. Pour le Président de la Ligue des Droits de l’Homme, il s’agit là « d’un déni de droit ».

La « faute » de Rodolphe aux yeux du recteur est d’avoir participé avec les organisations syndicales, à une manifestation de lycéens le 3 avril 2008 contre les suppressions de postes et les réformes du gouvernement dans l’éducation, laquelle s’est terminée par une intervention de la police. Le professeur est alors arrêté, mis en garde à vue, avant de faire l’objet de poursuites pénales injustifiées pour… violence ! De nombreux témoins attestent de l’absence du bien fondé de cette accusation. La mobilisation de centaines de militants, de citoyens, de collègues, formateurs IUFM, présents le jour du procès, a permis de repousser la comparution immédiate et de reporter le procès. Celui-ci ne s’est pas tenu, la partie accusatrice étant absente. Le procès est donc reporté au 24 septembre 2008.

Notre collègue ne peut donc pas effectuer sa rentrée, ce qui est un lourd préjudice pour la suite de sa carrière. C’est de l’acharnement et la volonté manifeste de criminaliser l’action syndicale. Les organisations syndicales signataires estiment qu’il n’y a aucune raison que le recteur de l’académie de Créteil suspende ce collègue et bloque ainsi sa titularisation au 1er septembre 2008. Le préjudice créé par cette suspension de fonction est irréversible puisqu’il n’a pas pu assurer la rentrée dans l’établissement où il a été affecté et ce pour plusieurs semaines. Obligé d’attendre le résultat du jugement du 24 septembre 2008, nous estimons que l’administration a fait le choix de la présomption de culpabilité plutôt que de celle de l’innocence.

Nous nous trouvons là dans une situation revancharde et répressive pour l’exemple contre un mouvement social d’ampleur des lycéens et des enseignants sur toute l’année scolaire 2007/2008 dénonçant les conditions d’emploi désastreuses pour le service public d’éducation à la rentrée 2008.

Les organisations syndicales signataires appellent à participer au rassemblement le 24 septembre à 9h00 devant le palais de justice de Paris pour défendre Rodolphe Juge

un préavis de grève est déposé