Accueil > Actualités > Xavier Darcos avoue : “base élèves” était profondément liberticide

Actualités

Xavier Darcos avoue : “base élèves” était profondément liberticide

Par la LDH Toulon ( site LDH Toulon)

vendredi 12 septembre 2008, par CGT Educ’Action 94

Extrait de l’article de la LDH Toulon :

La lecture des débats des commissions parlementaires est un pensum, mais qui peut parfois procurer une profonde satisfaction.

Mardi 17 juin 2008 à 18 h 05, la Commission des finances, de l’économie générale et du plan et la Commission des affaires culturelles, familiales et sociales, de l’Assemblée nationale, réunies en Commission élargie consacrée à l’enseignement scolaire dans la loi de règlement 2007, sous la Présidence de Didier Migaud, président de la commission des finances, de l’économie générale et du plan, recevait le ministre de l’éducation nationale.

Un dialogue courtois s’est établi entre le ministre et les membres de la commission [1]. Interrogé sur le problème des redoublements et du repérage des élèves qui commencent à être en difficulté en cours d’année, le ministre a déclaré :

« Nous avons des systèmes de repérage des élèves et de leur situation assez bien faits. En particulier, une application de notre fameuse “ base élèves ” nous permet de repérer systématiquement comment les élèves évoluent, combien ils sont et quelles sont leurs cohortes. Les difficultés que nous avons rencontrées ne sont pas seulement liées aux grèves des directeurs d’école mais aussi à l’absence de quadrillage systématique. Mais il est bien lourd de quadriller 55 000 écoles et 6,5 millions d’élèves.

« J’ai insisté pour que la “ base élèves ” ne comporte plus aucune autre indication que celles dont nous avons besoin. »

Encouragé par Didier Migaud — « J’allais vous poser la question. » — le ministre a poursuivi :

« J’ai trouvé que ce document était profondément liberticide. L’origine sociale des familles, la langue des parents, etc. ne nous intéressent pas. Le fait de les indiquer est inutile et n’est pas conforme à la tradition républicaine de l’école de Jules Ferry, qui doit accueillir les enfants quels qu’ils soient pourvu qu’ils soient d’âge scolaire. Nous avons donc modifié le décret relatif à la “ base élèves ”, de façon qu’elle indique uniquement le nom et l’âge de l’élève. »

Lire la suite sur le site de la LDH Toulon

Voir le compte rendu intégral de l’audition ( à lire très instructif !) : ICI