Accueil > Actualités > EDVIGE : premier recul du gouvernement

Actualités

EDVIGE : premier recul du gouvernement

Communiqué de la CGT

mercredi 10 septembre 2008, par CGT Educ’Action 94

Premier recul du gouvernement

mercredi 10 septembre 2008

L’immense mobilisation contre la mise en place du fichier Edvige oblige le Président de la République à prendre position. Il demande au ministre de l’Intérieur d’engager une concertation pour « protéger les libertés » dans la perspective de « corriger » le décret.
Pour la CGT, la question des fichiers et du fichage de la population doit effectivement faire l’objet d’un débat parlementaire et répondre avant tout la question : Quelle est la finalité de ces fichiers ?

Pour la CGT, la sûreté de l’Etat et la sécurité publique ne nécessitent pas une mise en fiche généralisée . Nous rappelons que l’Etat français est le seul en Europe à ficher les militants syndicaux, associatifs ou économiques pour leur seule implication dans la vie de la cité. C’est ce qui doit cesser.

Par exemple : Un Préfet n’a pas besoin de connaître la vie privée d’un militant syndical avant de négocier un plan social, d’autant que les responsables syndicaux, associatifs sont officiellement déclarés aux services préfectoraux. Il n’y a aucune raison de ficher des enfants de 13 ans parce qu’ils sont des enfants de militants ou parce qu’ils ont participé à un mouvement contre des fermetures de classe : C’est indigne de la démocratie. L’accès à l’emploi n’a pas à être soumis au contenu aléatoire de fiches de police. Il n’y a aucune raison de connaître le patrimoine ou la vie sexuelle des élus des Comités d’Hygiène et de Sécurité.

Etre syndiqué est un droit constitutionnel, pourtant 50 % de salariés du privé ne se syndiquent pas, par peur de représailles. Avoir un mandat syndical est un engagement au service des autres, ce n’est pas porter atteinte à l’ordre public.

Il est temps que le gouvernement choisisse entre des paroles qui indiquent la volonté de plus de dialogue, de démocratie sociale et des actes qui assimilent les syndicalistes à de dangereux délinquant.


- Signer en ligne la pétition contre EDVIGE : ICI

- Télécharger la pétition papier et la faire signer :


Mais après EDVIGE ( qui vient après ARDOISE... et tant d’autres ) :

CHRISTINA ?

Ce fichier axé sur la sécurité du territoire ne sera même pas soumis au contrôle de la CNIL. ( lire la suite de l’article "Derrière Edvige, Cristina" dans le journal en ligne de l’Humanité). Article du 8 septembre 2008