Accueil > Actualités > Financement de la protection sociale : La CGT exige des vraies (...)

Actualités

Financement de la protection sociale : La CGT exige des vraies solutions

Communiqué de la CGT

samedi 12 juillet 2008, par CGT Educ’Action 94

jeudi 10 juillet 2008 : communiqué de la CGT

Depuis plusieurs jours, la presse fait état d’une demande de l’Urssaf de réintégrer dans la masse salariale certains avantages en nature dont bénéficient les salariés des entreprises Sncf, Air France, Edf, Gdf…A l’origine de l’affaire, il y a un contrôle Urssaf dans le cadre des procédures habituelles. Plusieurs syndicats de ces entreprises sont immédiatement intervenus auprès des parlementaires et des entreprises concernées pour demander le maintien de ces acquis.

La CGT constate qu’une fois de plus, ce sont les salariés qui sont sollicités pour trouver des sources de financement afin de remplir des caisses qui ont été vidées par les cadeaux fiscaux aux plus favorisés et par des exonérations et allégements de charges diverses et variées comme par exemple les pertes de recettes liées à la détaxation des heures supplémentaires (loi TEPA)

La CGT s’interroge sur cette offensive qui vise, encore, à diviser les salariés et faire apparaître une partie d’entre eux comme des privilégiés. C’est une manière de masquer et détourner les vrais problèmes comme celui de la baisse du pouvoir d’achat. Ces « avantages en nature » font partie du contrat social, entre les entreprises et les salariés, en contrepartie des contraintes liées à l’exercice des métiers dans le cadre de la continuité et la qualité du service public. Si cette remise en cause se confirmait, la CGT appellerait les salariés à se mobiliser dans l’unité, y compris par la grève.

La CGT rappelle également qu’à l’opposé de la politique actuelle sur les finances publiques, elle propose depuis des années des solutions pérennes pour répondre aux besoins grandissants de financement de la protection sociale. Il s’agit de tourner le dos aux pertes de recettes importantes découlant des choix politiques et économiques de précarisation des emplois et des bas salaires qui pénalisent les rentrées fiscales. De plus, la CGT propose d’autres pistes de financement notamment par la taxation de l’intéressement, la participation, l’épargne salariale et les stocks options.

La CGT, depuis des mois, demandent que s’ouvrent de réelles négociations sur le besoin de financement de la protection sociale. A plusieurs reprises, elle a fait des propositions concrètes. Le gouvernement refuse jusqu’à présent de les prendre en compte.

Sur cette question, comme sur d’autres sujets sociaux, l’intervention des salariés est nécessaire.

La CGT va s’employer à construire ces mobilisations.

Montreuil le 10 juillet 2008.


- Voir les dernières dépêches de la CGT --------> CLIQUEZ LÀ

- Voir les derniers communiqués de la CGT-------> CLIQUEZ ICI