Accueil > Actualités > Le rapport Guesnerie confirme le bien fondé des revendications de la CGT (...)

Actualités

Le rapport Guesnerie confirme le bien fondé des revendications de la CGT éduc’action

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA CGT EDUC ACTION

jeudi 10 juillet 2008, par CGT Educ’Action 94

COMMUNIQUE DE PRESSE

Filière ES : le rapport Guesnerie confirme le bien fondé des revendications de la CGT éduc’action

Le rapport commandé par X Darcos, en février 2008, sur la filière ES, vient d’être rendu public. Ses conclusions confortent en bien des points, les revendications de la CGT éduc’action.

Revendications que nous avons portées auprès de M. de Gaudemar, chargé de la consultation sur la réforme du lycée, ouverte fin juin

En effet, M. Guesnerie, rapporteur, réaffirme, comme la CGT , que la filière ES a toute sa place au lycée et que contrairement à ce qu’affirme le ministre de l’Education nationale, elle conduit les lycéens vers des parcours dans l’enseignement supérieur dans lesquels ils peuvent réussir.

Il désavoue donc les propos du gouvernement orchestrés par l’institut de l’entreprise et les associations proches du MEDEF… et préconise, tout comme la CGT , que les Sciences Economiques et Sociales deviennent un enseignement obligatoire inclus dans le tronc commun en seconde.

Cette discipline participe en effet, de manière fondamentale, à deux objectifs importants au lycée : la construction de la citoyenneté et « l’intégration socio-économique ».

Il relève que la filière ES est moins élitiste que la filière S et a contribué à une plus grande démocratisation au lycée.

Le rapport propose une redéfinition des programmes et des rééquilibrages, réaffirmant notamment la place de la sociologie

Nous pensons, à la CGT , que la revalorisation des filières ES et L constitue un élément essentiel pour casser la hiérarchisation des filières.

La CGT éduc’action portera ses objectifs en termes de moyens et de contenus et appelle à construire le rapport de force nécessaire, dans le contexte des annonces de suppressions massives d’emplois ( 13500), pour les imposer.

Montreuil, le 10 juillet 2008